Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 29 octobre 2006

LA FÉDÉRATION ROYALISTE PROVENÇALE À ROQUEVAIRE: POUR CONTINUER MAURRAS

Renouant avec une tradition qui s'était interrompue quelques années, les adhérents et amis de la Fédération Royaliste Provençale se sont retrouvés samedi 21 octobre au cimetière de Roquevaire pour fleurir le tombeau de Charles MAURRAS.
medium_caveau.7.jpgIl ne s'agissait pas de "commémorer" ou de "rendre hommage" au maître de l'Action Française. Dans un monde qui a perdu presque toutes ses bases, il nous apparait, en effet, que la référence à Charles MAURRAS demeure essentielle et doit être maintenue, rappelée et approfondie. Elle nous permet surtout de nous distinguer radicalement des tenants de la politique politicienne.


Le docteur NAVARRANNE, président de la Fédération Royaliste Provençale du Var, après avoir rappelé les attaches de MAURRAS avec le village de Roquevaire, a dit “La prière de la fin”. François DAVIN a récité un très émouvant “Je vous salue Marie” traduit par Maurras en provençal.

La soirée s’est poursuivie dans une auberge proche où, avant un repas amical, plusieurs interventions ont montré comment les idées de Charles MAURRAS permettent d’analyser la société française actuelle et de conduire une action utile pour la cause nationale et royale.
Jacques SAINT-PIERRE a démontré que MAURRAS n'est pas la caricature que l'on en a fait d'un intellectuel enfermé dans son bureau mais un combattant indomptable toute sa vie
Antoine de CREMIERS a montré clairement que ce qui était vrai il y a dix ans ne l'est plus aujourd'hui, et que nous devons faire un travail permanent d'écoute et de recherche grâce auquel l'Action Française n’est pas un musée, mais un mouvement politique vivant. En effet nous sommes partisans du compromis nationaliste, mais y a-t-il encore une Nation française ? Vivons-nous en société ? Y a-t-il un socle commun entre les Français ? Nous devons appréhender le réel et en faire l'inventaire. Antoine de CREMIERS a noté que le discours à Ratisbonne du Pape Benoît XVI, au-delà de la controverse avec l'Islam, était un discours hautement politique dépassant largement les Lumières.
Michel FRANCESCHETTI, en rappelant l'itinéraire de MAURRAS, du félibrige au royalisme, a insisté sur l'importance des identités véritables et solides qui, avec un roi, pourraient permettre de reformer une société ("Les hommes ne vivent pas seulement de pain et de droits de l'homme mais ils vivent aussi d'identité" a écrit Pierre-André TAGUIEFF).
Les photos de cette journée peuvent être consultées dans l'album "Continuer Maurras".

Les commentaires sont fermés.