Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 20 février 2007

PROCHAIN RENDEZ-VOUS

medium_France_métissée.jpg

samedi, 17 février 2007

ET SI L’ON PARLAIT MORALE?

Depuis "Le terrorisme intellectuel" écrit en 2000, Jean Sévilla dénonce les différents aspects de la pensée unique à travers des livres passionnants.
Il vient de publier, aux éditions Perrin, “Moralement correct. Recherche valeurs désespérément”, un nouvel ouvrage d'une brûlante actualité qui est déjà 29° au classement des meilleures ventes d’Amazon.medium_21.png
Depuis mai 68, au nom de la liberté, l’individualisme dominant interdit toute morale commune et détruit la société.
La quatrième de couverture explique le thème de l'ouvrage:
Tous les Français, naguère, étaient élevés selon des valeurs identiques. Il existait une France de gauche et une France de droite, une France laïque et une France chrétienne, mais la morale de l’instituteur ressemblait à celle du curé. Cette morale n’était pas forcément observée, mais elle définissait les normes du bien et du mal.
A partir des années 1970, ces normes ont volé en éclats. Sous l’effet d’une double révolution – celle de la société et celle des idées – chacun a pris l’habitude de définir ses propres critères de comportement. Le résultat, aujourd’hui, c’est que les règles collectives s’effacent, ouvrant la porte à une société éclatée, où le seul guide est l’intérêt personnel. Une tendance encouragée par le moralement correct qui donne le ton de l’époque. Cette mentalité, entièrement fondée sur l’exaltation de l’individu, prêche le principe de plaisir, le droit à la différence, le devoir de tolérance, la transgression des traditions, la relativité des conventions.
Mais peut-on vivre sans valeurs partagées ? Pour sortir de la crise qui se manifeste sur tous les plans – des banlieues à l’école, de l’Etat à la famille, du travail à la culture – il faudra bien réinventer des codes communs. Et sans doute renouer avec la morale élémentaire qui a longtemps garanti la stabilité du lien social. Cela est vrai pour les enfants, mais d’abord pour leurs parents.


Plus de renseignements sur le site du Figaro.
Jean SÉVILLIA vient d'ouvrir son site.

vendredi, 16 février 2007

Revoir le duc de Vendôme sur internet

A partir de l'émission de M6 sur les royalistes, diffusée dimanche 4 février 2007, un court montage d'images du prince JEAN de FRANCE, duc de VENDOME, a été réalisé.


Jean de france le Dauphin
Vidéo envoyée par franfil

Pour ceux qui n'ont pas vu l'émission, son intégralité se trouve ci-dessous:

Royalistes sur M6
Vidéo envoyée par franfil
Ce reportage tombe souvent dans la caricature, mais il a l’intérêt de montrer les différentes modalités du royalisme actuel :
- le nostalgisme qui porte tort à notre cause,
- l’électoralisme qui est une illusion,
- la promotion d'un projet politique moderne et le soutien de l'action des Princes, notamment l'action du duc de VENDÔME, qui personnifie et incarne concrètement notre espérance nationale et royale.
Ce dernier volet est évidemment le plus intéressant des trois !

dimanche, 04 février 2007

UN HOMMAGE EXCEPTIONNEL AU ROI LOUIS XVI

La commémoration de la mort de Louis XVI est devenue un temps fort de l'année marseillaise. Le 20 janvier, l'église St Vincent de Paul - les Réformés était remplie par des centaines de personnes, dont plusieurs élus municipaux, qui ont participé à une très belle messe et ont apprécié l'émouvante homélie du père Zanotti-Sorkine.

medium_messe_5.JPG

La messe a été suivie par un déjeuner pendant lequel le professeur Jean-Baptiste DONNIER analysa les aspects juridiques et politiques de la légitimité tandis que Jean-François MATTEI exposa les fondements philosophiques de la notion de légitimité .
Des vues de cette journée sont visibles dans l'album photos ci-contre.
Mais, plutôt qu’un compte-rendu détaillé, nous avons préféré laisser la parole à quelques participants.

-Annie LAURENT, écrivain, journaliste :
Ce qui m’aura le plus marqué lors de la commémoration de l’exécution du roi Louis XVI, le samedi 20 janvier, c’est la ferveur et le recueillement, la beauté et la gravité que l’on pouvait observer durant la messe pour le repos de l’âme du souverain défunt qui a été célébrée dans l’église Saint-Vincent de Paul. L’assemblée, plus nombreuse que prévu,

Lire la suite

jeudi, 01 février 2007

AIX-EN-PROVENCE: UN CAFÉ POLITIQUE D'ACTUALITÉ

medium_cafepo.jpg