Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 24 mai 2007

SI LA DROITE OSAIT FAIRE PAREIL...

Le quotidien La Provence de jeudi 24 mai a titré en première page “La Fête des Écoles punit FAUDEL et MACIAS” pour révéler que les chansons de ces deux artistes étaient retirées de la Fête annuelle organisée chaque année par les AIL (Amis de l’Instruction Laïque).
Madame HILAIRE, une des responsables des AIL, a reconnu que cette censure avait été décidée en punition du soutien de ces deux artistes à Nicolas SARKOZY. Elle ajoute: “nous ne voulons pas déclencher une polémique inutile. N'oublions pas que le spectacle va se dérouler deux jours seulement avant le premier tour des législatives”.
Et elle se trompe: elle n’a pas déclenché une polémique “inutile” mais une polémique utile. Une telle censure démontre que la gauche la plus intolérante est toujours puissante et ne renonce pas à imposer son “politiquement correct”. On peut ne pas apprécier les positions politiques d’un artiste mais seuls les héritiers de STALINE ont le culot de profiter d’un spectacle largement subventionné par la mairie (de droite) de Marseille pour imposer leurs oukases. Que n’aurait-on pas entendu si une association de droite avait fait pareil? Sans aucun doute, on aurait vu se multiplier manifs et pétitions contre un acte raciste visant un juif et un musulman.
Cette polémique est utile car elle montre que la victoire électorale de SARKOZY ne suffit pas si les bas-marxistes continuent à régenter le monde associatif, culturel et éducatif. Une vraie rupture est indispensable.
PS: à la fin de la journée, on a appris que, devant la levée de boucliers et la colère de Jean-Claude GAUDIN, les AIL réintégraient les chansons mises à l’index.

a1569d48fd144aac45dfcc548c32cb18.gif

Les commentaires sont fermés.