Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 29 septembre 2007

ON TRAVAILLE A AIX-EN-PROVENCE

RENDEZ-VOUS MARDI 2 OCTOBRE A AIX-EN-PROVENCE

Le rendez-vous mensuel de “L’ACTUALITE EN QUESTION” reprend mardi 2 octobre à 18 h 45.

Le thème en sera:
LE TRAVAIL REVIENT
par Michel MASSON,
directeur de la revue "L'Escritoire"69114c0f0b83671e96ddb0b9c2f21952.jpg

ATTENTION: le lieu a changé. La réunion a lieu au Café “Le Festival” , en bas du Cours Mirabeau.

Renseignements: 06-16-69-74-85

lundi, 24 septembre 2007

REPONSE À SARKOZY

Lors de sa première conférence de presse, Nicolas Sarkozy a su répondre sur toutes les questions. Mais les journalistes n'ont rien demandé dans le domaine de la réforme des institutions, lesquelles conditionnent les possibilités d'action du chef de l'Etat.
Dans "POLITIQUE MAGAZINE" de septembre, Hilaire de CRÉMIERS exprime ses doutes sur la réfrme des institutions.


LA RÉPUBLIQUE IRRÉPROCHABLE ?

C’est ce que veut le chef de l’État, Mais qu’est-ce à dire ?

 Le 19 juillet dernier, à l’Elysée, le président de la République a délivré sa lettre de mission au comité de réflexion sur les institutions qu'il a lui-même créé en vue de préparer une réforme constitutionnelle qu'il juge indispensable. Il ne s'agit pas de changer de constitution - le président écarte d'emblée cette hypothèse de travail  mais de mieux disposer quelques-uns des ressorts principaux qui en sous-tendent l'articulation générale.

Lire la suite

dimanche, 16 septembre 2007

F.R.P. : LES ROYALISTES PROVENÇAUX AVEC MAURRAS

« Tenons serré le lien qui nous tient réunis
  avec les Pères de notre esprit et de notre goût »
 Charles MAURRAS - Préface d’Anthinéa  (1942)

C’est dans cet esprit que la rentrée de la Fédération Royaliste Provençale s’effectuera le samedi 29 septembre à Roquevaire, Martigues et Marseille.
Les commémorations de tous ordres sont devenues monnaie courante mais elles sont presque toujours dirigées contre la France, contre son honneur ou son histoire.
A l’inverse, les royalistes provençaux ont choisi, pour leur rentrée de septembre, de « tenir serré » le lien particulier qui les unit naturellement à Charles MAURRAS, grand provençal et patriote français.  
Il ne s’agit pas simplement de conserver un souvenir mais plutôt, comme nous essayons de le faire quotidiennement, de prolonger la pensée, l’action, l’œuvre intellectuelle et politique de Charles MAURRAS. 
Au cours de sa vie, MAURRAS avait coutume, chaque automne, de venir se recueillir sur la tombe de MISTRAL, à Maillane, puis de Léon DAUDET, à Saint Rémy, de Monseigneur PENON, son maître du Collège Catholique d’Aix, à Simiane, et de ses parents, à Roquevaire, où il est lui-même enterré. Ainsi maintenait-il serré le lien qui l’unissait à sa famille, aux maîtres et amis de son esprit, à la terre provençale elle-même.
Après sa mort, quelques-uns ont poursuivi cette tradition, autour de Maurice PUJO, puis de Georges CALZANT, de Jacques et Nicole MAURRAS, de Xavier VALLAT, de Pierre et Nicole CHAUVET. Ces compagnons de Charles MAURRAS et les jeunes gens des nouvelles générations qui se joignaient à eux, honoraient et maintenaient sa mémoire, mais surtout, ils prolongeaient son œuvre et poursuivaient le projet national et royal qui est le nôtre.
 
PROGRAMME (SAMEDI 29 SEPTEMBRE 2007) :
 
A 15 HEURES, A ROQUEVAIRE :
 
Les dirigeants de la F.R.P. et tous ceux qui voudront les accompagner fleuriront la tombe de Charles MAURRAS et évoqueront brièvement sa mémoire.   
 
A 17 HEURES PRECISES, A MARTIGUES :
 

d647ea6a2cfc15bed86570bfdaf8a7ab.jpg

Visite commentée du jardin de la maison de MAURRAS, au Chemin de Paradis.
Cette bastide est l'un des plus anciens bâtiments civils de Martigues.
Elle a été la demeure de Charles Maurras qui en a dessiné le jardin.
Elle tient dans sa vie et dans son œuvre littéraire une place essentielle, dont le « Mur des Fastes » est un saisissant symbole.
(Adresse : 22, chemin de Paradis).
 
Après cette visite, la F.R.P. invite les participants à un apéritif, dans le vieux Martigues (offert).

jeudi, 06 septembre 2007

Le triangle médias, argent, politique (2)

Notre pays reçoit la Coupe du Monde de rugby. D'ores et déjà, le grand vainqueur en est connu: Bernard LAPORTE. Quel que soit le résultat du XV de France, le sélectionneur est assuré d'entrer au gouvernement. Cas unique dans l'histoire constitutionnelle française, l'annonce de sa nomination au poste de secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports a eu lieu le 19 juin pour n'être effective qu'en fin octobre, après la compétition.
Bernard LAPORTE sera ainsi récompensé, pas spécialement pour avoir créé une bonne équipe, mais pour avoir su accompagner la professionnalisation de ce sport. A l'imitation du football, les salaires des joueurs augmentent de plus en plus. Des mercenaires vont d'une équipe à l'autre. Des grandes entreprises y investissent (Michelin à Clermont, les laboratoires Fabre à Castres). Nous sommes au temps du rugby-spectacle, du rugby-paillettes alors que subsiste encore dans les têtes l'aura du rugby des villages et de ses valeurs. LAPORTE a su bien utiliser les médias pour que ce changement, si favorable aux puissances d'argent, s'opère tout en douceur. Il méritera son strapontin gouvernemental.

mercredi, 05 septembre 2007

Le triangle médias, argent, politique (1)

Les mauvais coups ont souvent lieu en été, pour passer inaperçus, quand les préoccupations sont le soleil et la plage.
Ainsi, c’est le 13 août que Lagardère a vendu pour 160 millions d’euros au groupe Hersant Média ses publications du Sud de la France (“La Provence”, “Var-Matin”, “Nice-Matin”, “La Corse”, Marseille Plus” et “Marseille hebdo”). Ces journaux évitent ainsi de tomber aux mains d’un fonds d’investissement canadien ou d’un groupe britannique de médias qui s’étaient déclarés intéressés.
Mais il est désolant de lire, le 15 août,sous la plume de Stéphane Duhamel, PDG de “La Provence”: “les principes d’indépendance rédactionnelle, de respect de toutes les sensibilités, d’expression de toutes les proximités, et d’écoute permanente de nos lecteurs sont ainsi aujourd’hui réaffirmés”. Ces mots sont bons mais, soyons réalistes, si Hersant (ou tout autre groupe) achète des journaux, il ne le fait pas pour défendre des grands principes mais pour faire fructifier ses investissements.
Les milieux médiatiques, financiers et politiques ont des accointances de plus en plus marquées, allant même jusqu’à des rapprochements très intimes (dernier exemple: la liaison entre François Hollande et une journaliste de “Paris-Match”). Nous sommes dans la logique républicaine: les politiciens, pour être élus, ont besoin des médias et ceux-ci appartiennent à des financiers qui veulent avant tout gagner de l’argent. Alors, inutile de se cacher derrière des grands mots.

ee7b386b3e66130f2c2bb70bae5c7431.jpg