Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 octobre 2007

Immigration, ADN ET GPS

Thierry MARIANI, député du Vaucluse, a mis le feu aux poudres en proposant son amendement instituant le test 0fd9d8c4c5f1fe5eaf520c5e45d6ff30.jpgADN aux immigrés demandeurs de regroupement familial. Il illustre ainsi la détermination d’élus de terrain qui, loin de la pensée unique, comprennent l’exaspération de très nombreux Français, surtout en Provence. Même vidé d’une partie de sa substance, le texte a été durement critiqué par les bonnes âmes droit-de-l’hommistes, choquées par l’idée d’utiliser une technologie moderne contre l’immigration.
Critiques dérisoires quand on sait que les filières d’immigration clandestine savent aussi utiliser les progrès techniques.


“La Provence” du 3 octobre annonce qu’une descente de police a permis d’interpeller 32 personnes dont 10 âgées de 15 à 20 ans, agresseurs de vieilles dames, qui faisaient régner la terreur dans le quartier Noailles de ced980cb34fbd34da369a54ad85bdd2e.jpgMarseille. Tous sont des immigrés clandestins originaires d’Annaba en Algérie. Ils sont venus le plus simplement du monde: “Ils prennent une barque à six ou sept, mettent un GPS et un moteur de 30 chevaux et filent tout droit. En 18 heures, ils touchent la Sardaigne ... Pris en charge par la Croix-Rouge, ils s’échappent et remontent l’Italie”.
Une politique ferme est donc indispensable mais elle doit avoir une vision large du problème. L’éditorial de ecca5df90261dee0941f3aa29d58132a.jpg“POLITIQUE MAGAZINE” d’octobre met l’accent sur cet aspect:
“Se pose à la France la grave question de savoir ce qu’elle est et ce qu’elle entend devenir. Pour intégrer vraiment, il faut s’aimer et se connaître. Nous en sommes loin. C’est pourquoi le premier devoir de tous les hommes responsables des destins du pays devraient d’abord porter sur ce point. Aimer et faire aimer la France. Et, d’ailleurs, une France forte, fière de son passé et de son avenir, serait mieux à même de proposer les vraies solutions, humaines, politiques et économiques, d’un co-développement et d’un partenariat avec les pays concernés. La République française en est-elle capable?”

Les commentaires sont fermés.