Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 novembre 2007

LA CRISE FINANCIÈRE

Le prochain rendez-vous mensuel de “L’ACTUALITE EN QUESTION” sera animé par Antoine de CRÉMIERS qui analysera "LA CRISE FINANCIÈRE AMÉRICAINE" et ses conséquences

La réunion a lieu à Aix-en-Provence, au Café “Le Festival”, en bas du Cours Mirabeau (salle du premier étage), mardi 4 décembre à 18 h 45.

Renseignements: 06-16-69-74-85.

1a1c074188759c6205a336c99f01bab5.jpg

jeudi, 15 novembre 2007

Un nouveau président à la Fédération Royaliste Provençale

JEAN GUGLIOTTA SUCCÈDE À MICHEL FRANCESCHETTI

Après 7 ans d’une activité très prenante, Michel FRANCESCHETTI a souhaité se retirer de sa fonction de président de la Fédération Royaliste Provençale.


Il laisse à son successeur une situation positive : un nombre d’adhérents en augmentation ; des activités régulières et nombreuses, dont certaines prestigieuses ; une présence importante sur INTERNET : un service Courriel très apprécié et 2 blogs qui suscitent un indéniable intérêt (le blog de la F.R.P. qu’il a lui-même créé, le premier en France ; et "lafautearousseau" qui apporte, chaque jour, à des visiteurs toujours plus nombreux et divers, une analyse royaliste des évènements politiques) ; enfin, ce qui n’est pas négligeable et permet d’envisager l’avenir avec confiance, une trésorerie en ordre et positive. (De cela, il faut d’ailleurs remercier les amis de la Fédération Royaliste Provençale, toujours généreux).


Au moment où il cesse ses fonctions de président, l’on doit des remerciements et de la gratitude à Michel FRANCESCHETTI, qui continue, naturellement, de faire partie de l’équipe dirigeante de la Fédération Royaliste Provençale.


Jean GUGLIOTTA, ami de longue date, toujours actif à nos côtés, à qui l’on doit, entre autres choses, le renouveau des commémorations du 21 janvier, à Marseille, et leur ancrage dans l’actualité ; chez qui, d’ailleurs, s’est tenue, le 20 juin dernier, à LA CIOTAT, une sympathique réunion de clôture de l’année politique, a accepté de lui succéder.

e1795270e08f458c21448c3fdfc30c00.jpg

Il devient donc le 5ème président de la Fédération Royaliste Provençale, après le Commandant DROMARD, qui l’avait fondée dans les années 1920 et la dirigea jusqu’en 1950, Pierre CHAUVET, jusque dans les années 1980, Jean ARNAUD, à sa suite, et Michel FRANCESCHETTI, ces sept dernières années.


Ces noms, à qui bien d’autres devraient être associés, évoquent une longue tradition d’action politique et de service de la France. En Provence, où Charles MAURRAS et Léon DAUDET sont nés, le sentiment national et l’idéal royaliste ont toujours été vivaces et fortement manifestés. Avant-guerre, les rassemblements de Barbentane et Roquemartine ont laissé un souvenir encore présent aujourd’hui. Mais, après la guerre, les rassemblements de Montmajour et des Baux de Provence ont été l’occasion de campagnes de publicité importantes et actives et de débats d’idées qui ont donné un large écho à notre projet. MONTMAJOUR, LES BAUX qui ont réuni des foules et où se côtoyaient Gustave THIBON, Jean RASPAIL, Michel de SAINT-PIERRE, Jean-Marc VARAUT, Marcel JULLIAN, Michel DEON, Pierre BOUTANG, Pierre DEBRAY, Gérard LECLERC, Jean SEVILLIA, Jacques TREMOLET de VILLERS et Vladimir VOLKOFF, sont dans toutes les mémoires.



LA FEDERATION ROYALISTE PROVENCE continue cette longue histoire. Bon vent !

mercredi, 14 novembre 2007

Carnet rose

Nous sommes heureux d'annoncer la naissance le 13 septembre en Floride d'Amélie, fille d'Axel BERTRAN de BALANDA et de son épouse Sawako. Amélie est la petite-fille d'Isabelle HUGUES et de Guy BERTRAN de BALANDA, militants de longue date de la Fédération Royaliste Provençale. Nos félicitations aux parents et grands-parents et à l'ensemble des familles BERTRAN de BALANDA, HUGUES et MARANDAT dans lesquelles nous avons de nombreux amis.

0062a2e27e398bba21c36c6d3968ca71.jpg

mardi, 13 novembre 2007

Le caractère sacré du pouvoir

Le dynamisme de l'hyper-président SARKOZY et son omniprésence dans les médias ébahissent la classe politique. Les Français en sont satisfaits, d'après les sondages. Ils ont élu un Président pour qu'il agisse. Mais cet homme est surtout le chef de l'Etat et il semble l'oublier. Dans "Nice-Matin" du dimanche 11 novembre, Jean-Marie ROUART le lui rappelle en donnant l'exemple des rois Capétiens.


"SARKOZY n'est-il pas en train de s'enfermer dans un piège? Hanté par le spectre de CHIRAC et de son inaction, il risque, en ouvrant trop de chantiers en même temps et en s'exposant pour un oui ou pour un non pour des causes vraiment secondaires, de banaliser une fonction qui, quoi qu'on en dise, garde un caractère magique, sacramentel, hérité de la monarchie. Les rois de France, thaumaturges, guérissaient les écrouelles. Pourquoi SARKOZY, hissé à un tel niveau symbolique, éprouve-t-il ce besoin de descendre soigner nos plus insignifiants bobos? Est-ce vraiment de son niveau de prendre position sur une question aussi essentielle à l'avenir de notre pays telle que savoir si oui ou non il faut mettre une muselière aux chiens dangereux?"


Mais, pris dans la frénésie médiatique, qui a toujours des arrière-pensées post ou pré-électorales, Nicolas SARKOZY (comme les autre hommes politiques) peut-il avoir l'idée de méditer les leçons du passé, surtout quand il s'agit du passé royal de la France?

lundi, 12 novembre 2007

APRES le décès de Pierre PUJO …

Pierre PUJO, directeur du bimensuel "L'Action Française 2000" est décédé à Paris, le 10 novembre, à l'âge de 77 ans. Ses obsèques seront célébrées, à Paris, en l’église de la Madeleine (place de la Madeleine - Paris VIIIème arr.), ce vendredi 16 novembre 2007, à 9 h.

Sur cette disparition, tout a été ou sera dit par ailleurs.
Pour notre part, nous nous contenterons d’accompagner cette information de deux photographies anciennes (elles ont presque 40 ans !) qui montrent Pierre PUJO, invité de l'UNION ROYALISTE PROVENCALE, à MONTMAJOUR, en 1969.
Sur la première des deux photographies, il prononce son discours de ce jour-là, jour heureux pour l’Action française, jour faste pour le royalisme en Provence.
Sur la seconde photographie, un peu en retrait, il chante la Royale qui clôture le rassemblement, au milieu d’un groupe de jeunes hommes dont plusieurs sont des personnalités d’aujourd’hui…

Ce sera notre simple contribution à ce deuil.

e04ba8c2c0c69f364f6b74aab06903a7.jpg
98d54c42d8e47f02365da3e135500ce2.jpg

Autonomie des Universités. De quoi s’agit-il ?

Afin de mieux comprendre en quoi consiste la loi PECRESSE dont se servent les gauchistes pour agiter les facs, nous vous conseillons de lire l’entretien accordé par Jean-Robert PITTE, Président de l'Université de Paris-Sorbonne, vice-président de la Société de Géographie, au mensuel « POLITIQUE MAGAZINE » (numéro de septembre 2007)

-PM: La nouvelle loi du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités peut-elle assurer un gouvernement efficace et libre des établissements universitaires ? Dans leur gestion ? Dans leurs enseignements ? Dans le choix et la désignation de leurs enseignants ? Dans la sélection et l’orientation des étudiants ?


-J-R PITTE: Cette loi va nous faciliter le mode de gouvernement des universités. Nos conseils seront de taille réduite (20 à 30 membres) et dotés de davantage de pouvoirs. Nous allons pouvoir créer des fondations qui nous permettront de rechercher des mécènes dont les dons seront mieux défiscalisés.

Lire la suite

dimanche, 11 novembre 2007

La Provence échappe à la guillotine

La Garde des Sceaux, Rachida DATI, vient de présenter, lors d'une visite à Montpellier, la suppression de neuf tribunaux de commerce et de 19 tribunaux d'instance dans le sud de la France, dans les juridictions des cours d'appel de Montpellier, Nîmes et Aix-en-Provence, soit une zone géographique qui va de l'Espagne à l'Italie et couvre douze départements.

cf3a67503d30066ed4b6b17005214703.jpg

Lire la suite

samedi, 10 novembre 2007

LA CULTURE EUROPÉENNE EST-ELLE ÉPUISÉE?

PRÉSENTATION DU LIVRE DE JEAN-FRANÇOIS MATTEI PAR SON ÉDITEUR:

Notre culture classique - les humanités que célèbrent George Steiner, Marc Fumaroli ou Alain Finkielkraut - a toujours été une "figure unique de l'inquiétude dans le courant des civilisations", selon Jean-François Mattéi. Des plus grands penseurs du siècle passé aux " déclinologues " d'aujourd'hui, tous sont hantés par la possible extinction de la culture européenne. Qu'est-ce donc qui menace de s'éteindre ? L'Europe est certes l'héritière d'Athènes, de Rome, de Jérusalem, de Byzance et de Cordoue. Mais elle est davantage encore, telle est la thèse de cet essai, caractérisée par les modalités du regard qu'elle porte sur le monde, sur la cité et sur l'âme. C'est ce regard théorique et critique (regard se dit theoria en grec) qui a permis la diffusion universelle de sa culture, de Homère à Kundera. Mais, de critique, ce regard est devenu profondément autocritique, comme en témoigne la diatribe de Susan Sontag : "La vérité est que Mozart, Pascal, l'algèbre de Boole, Shakespeare, le régime parlementaire, les églises baroques, Newton, l'émancipation des femmes, Kant, Marx, les ballets de Balanchine, etc., ne rachètent pas ce que cette civilisation particulière a déversé sur le monde. La race blanche est le cancer de l'humanité." Arborant le relativisme en blason et prônant la repentance, la pensée dominante refuse d'assumer l'identité de sa culture au motif que toute identité est menace. Jetant un regard vide sur leur époque, les intellectuels sont ainsi devenus des " symboles de l'expiation ", selon le mot de Lévi-Strauss à propos des ethnologues. Pour Jean-François Mattéi, la question de l'éminence, voire de la supériorité, de la culture européenne mérite d'être posée : n'est-elle pas la seule à avoir véritablement " regardé " les autres cultures ?