Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 29 janvier 2008

UN 21 JANVIER D'EXCEPTION À MARSEILLE

b2fb7fdbb30d3d7aff0dc28b2066f728.jpgPlusieurs centaines de personnes remplissant les bancs de la vaste basilique du Sacré-Cœur, avenue du Prado, à l'occasion de la commémoration de la mort de Louis XVI, le pari a été réussi.
Depuis trois ans, cette messe se déroule chaque année dans une église de Marseille différente. Le but recherché est d'éviter de s'enfermer dans un ghetto et de montrer qu'il est possible de se souvenir du roi-martyr dans toutes les paroisses de la cité phocéenne.
Grâce au travail de Jean GUGLIOTTA, nouveau président de la FÉDÉRATION ROYALISTE PROVENÇALE, et de son équipe, le 21 janvier est devenu un événement bien ancré dans la vie marseillaise. En plus d'un public de toutes origines et de tous âges, on pouvait noter la présence de plusieurs personnalités, comme le consul général d'Autriche, le représentant local des Nations Unies et plusieurs élus municipaux, s'étonnant d'ailleurs ouvertement de cette affluence.
La messe commença par une procession des chevaliers de l'Ordre du Saint-Sépulcre et des chevaliers de Malte, ouvrant le chemin à Mgr Jean-Pierre ELLUL, à la chasuble décorée de fleurs de lys, qui,dans son mot d'accueil, décrit l'atmosphère du jour d'une mort qui "restera longtemps dans le souvenir des consciences".e5f261dce6155d0e6ec68201c73bc175.jpg
Le Père Xavier MANZANO, vicaire au Sacré-Cœur et professeur au séminaire d'Aix, fit une homélie de grande qualité se concluant par:
"Le Roi est mort ! Mais, plus encore, un homme est mort. Mais il a voulu mourir en aimant, comme le Seigneur en qui il avait mis sa confiance. Et c’est peut-être en cela qu’il n’a jamais été autant Roi, pas au sens où les hommes l’entendent mais au sens où le Christ le dit. En mourrant, il pardonne et c’est ce cri qui rachète le sang versé, ce cri qui constitue le ferment de toute unité humaine parce qu’il rejoint le cri, divin celui-là, poussé par un autre condamné au moment suprême : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ! »"
Ces deux textes sont disponibles sur le blog de Mgr ELLUL. L'album photo de la cérémonie est visible ICI.
bee21281367935aac722e9eac7415ba0.jpgAprès le messe, le repas-conférence organisé par la F.R.P. à l'hôtel Holiday Inn eut également un grand succès, aussi bien en quantité qu'en qualité, comme le montre notre autre album photo.
Présentés par Jean-Baptiste DONNIER, trois orateurs tirèrent les leçons de la mort du roi.
Hilaire de CRÉMIERS, directeur de "POLITIQUE MAGAZINE" et délégué général de la RESTAURATION NATIONALE, décrivit comment, après avoir assassiné Louis XVI et Marie-Antoinette, les révolutionnaires firent subir un véritable martyre au Dauphin.


Louis XVII
envoyé par franfil


Le professeur Christian ATIAS, expliqua la symbolique de l'expression "Le roi est mort, vive le roi" et l'acharnement des révolutionnaires à la vider de sa substance.


Jean-François MATTEI, professeur à l'Institut Universitaire de France, montra très clairement en quoi la Révolution est une rupture culturelle et civilisationnelle.


Une telle soirée nous donne à tous des raisons, non seulement pour réussir le prochain 21 janvier, mais aussi pour faire avancer les idées et les actions royalistes en Provence.

Les commentaires sont fermés.