Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 février 2008

Pleurer au lieu de réfléchir

29411f81b85219e40c55384c075df5e2.jpegLe président Sarkozy est touchant, très touchant dans son désir de faire plaisir à tout le monde, même à ceux qui ne lui demandent rien. Ainsi, énoncée au dîner de l'association juive du CRIF, cette idée de faire parrainer une victime juive de la barbarie nazie par un élève de CM2.


Personne, même Simone Veil, ne voit l'utilité d'une telle mesure. Par contre, on peut s'inquiéter sur les conséquences psychologiques chez un jeune de dix ans. On doit aussi se demander quel en est le but. Ne serait-ce pas de tout simplement faire de la compassion, faire pleurer, et surtout éviter de faire réfléchir?
Et pourquoi s'en tenir aux seules victimes juives? Des non-juifs sont morts en 1940-45. D'ailleurs, l'histoire de France ne débute pas à ce moment-là. Pourquoi ne pas s'occuper des victimes d'autres époques? des Vendéens par exemple?
Non, vraiment, on ne fonde pas une politique sur des sanglots.
P.S.: Il serait bon de se rappeler cette phrase prononcée par Nicolas Sarkozy en mai 2007: "Je veux en finir avec la repentance qui est une forme de haine de soi, et la concurrence des mémoires qui nourrit la haine des autres."

Les commentaires sont fermés.