Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 31 mars 2008

Restaurer la nation, refaire l’Etat, un projet national et royal

Le premier colloque organisé par la Restauration Nationale samedi 29 mars a rassemblé une centaine de personnes, dont les présidents de Fédération et des représentants de plusieurs mouvements royalistes comme par exemple Pierre Janton, de France Royaliste, et Patrick de Villenoisy, porte parole de l’Alliance Royale.
98140791.jpgHilaire de CRÉMIERS a expliqué le principe du colloque : recentrer le débat sur l’essentiel et établir une sagesse en posant les bonnes questions.« Nos idées sont au cœurs de l’actualité. Il faut susciter des réflexions et des analyses pour le projet royal en relevant le défi : faire du neuf avec de l’ancien.».
Les orateurs d’envergure nationale ont abordé à tour de rôle un volet de la gestion des affaires de la cité donc très politique.

Lire la suite

jeudi, 27 mars 2008

Crise: faut-il avoir de l'espoir?

Le prochain rendez-vous mensuel de “CAFÉ ACTUALITÉ” aura lieu mardi 1er avril à 18 h 45.

Antoine de CRÉMIERS demandera:

"LA CRISE FINANCIÈRE EST-ELLE TERMINÉE?"

972806647.jpg


La réunion a lieu à Aix-en-Provence, au Café “Le Festival”, en bas du Cours Mirabeau (salle du premier étage).

Nous comptons sur votre participation.

mercredi, 26 mars 2008

"L'Action Française": Un anniversaire à méditer

"Entreprise absurde... Elle ne durera pas six mois". C'est par ces mots que Maurice BARRÈS accueillit l'annonce de la parution du premier numéro de "L'Action Française" quotidienne le 21 mars 1908, voici un siècle. Le patriote lorrain se trompait. L'entreprise dura jusqu'en août 1944, et joua un rôle important dans l'histoire du royalisme et dans la vie politique française. 494832643.jpg

Lire la suite

vendredi, 21 mars 2008

L'AMBIGUÎTÉ DES ÉLECTIONS

"La vague rose se brise sur GAUDIN", titrait l'édition marseillaise de "20 minutes" lundi 17 mars. "La Provence" du même jour constatait: "Une vague rose déferle sur la France sauf dans le sud". Existerait-il une particularité électorale dans le Midi?

Lire la suite

jeudi, 20 mars 2008

Comment devenir Français

Le discours de Max GALLO aux Invalides lors de l'hommage national à Lazare PONTICELLI et aux "poilus" de la première guerre mondiale a bien exprimé ce qu'a été cette guerre et comment un étranger peut s'intégrer à la nation française.
L'académicien a rappelé deux phrases de l'engagé volontaire italien:
-"J'ai voulu défendre la France parce qu'elle m'a donné à manger. C'était ma manière de dire merci".
-"La Légion avait fait de moi un Français".

La vidéo de ce discours est visible sur le site de l'Elysée.
Par contre, peu d'éléments à retenir du discours de SARKOZY qui n'a rien trouvé de mieux que de faire une discrimination entre "la grandeur du patriotisme qui est l’amour de son pays et la détestation du nationalisme qui est la haine des autres." ... alors qu'il vient de reconnaître l'indépendance du Kosovo et d'accepter le nationalisme haineux des musulmans des Balkans.

samedi, 15 mars 2008

Elections municipales: un problème pour choisir?

Au sujet des élections municipales, Michel FROMENTOUX rappelle ce qu'écrivait Charles MAURRAS dans "L'Action Française" du 20 mai 1929:


«Parisiens et provinciaux doivent voter, et bien voter. Quant à savoir où est le bien, chacun dans son canton est mieux à même de le dire que n'importe quel comité parisien. Faire de la politique quand il le faut; s'en garder, en garder les autres partout où cela est possible, élire le plus grand nombre possible d'honnêtes gens pour la garde et le maintien de la police locale et des deniers publics; se rallier à tout ce qui combat effectivement l'influence de sans-patrie et les gaspillages de l'étatisme municipal, ce sont les principes fondamentaux.»


467404872.jpg

Certains pourraient penser que nous rejoignons ici la position du MODEM qui s'allie avec les uns ou les autres selon les conditions locales. Ce serait une bonne chose si ce positionnement s'effectuait pour le bien de la commune. En réalité, les disciples de François BAYROU ne cherchent qu'à obtenir des places et se vendent au plus offrant. C'est dans la logique du système. Les royalistes ne jouent pas à des jeux si pitoyables.


mercredi, 12 mars 2008

LA MAJESTÉ DE L'ÉTAT

Dans le "Politique Magazine" de mars, Hilaire de CRÉMIERS montre que le problème politique majeur de la France est une question d'institutions et non pas de personnes.



La légitimité du chef de l'Etat est-elle remise en cause ? C’est, à n’en pas douter, ce que pense la grande majorité des journalistes qui font l’opinion en France et qui s’amusent à la faire : ce jeu de pouvoir est toute leur passion. C’est aussi, à n’en pas douter non plus, ce que pensent les chefs politiques de l’opposition et bon nombre d’autres aigris qui en profitent pour régler leur compte : pour eux, tout est bon qui ruine le crédit du président de la République. Soit ! Mais alors question : quelle confiance est-il possible et tout simplement permis d’accorder aux institutions ? Dans ce cas, il n’est qu’une réponse : aucune. Cette réponse, ils ne la feront pas, évidemment, puisque ce qui caractérise leur esprit, c’est l’illogisme.
Il faut tout de même dire ici de ces choses fort simples qui ne se disent nulle part ailleurs. S’il suffit de huit mois d’exercice du pouvoir en France pour « démonétiser » l’homme qui, pour la nation toute entière, est censé incarner, d’après les institutions actuelles, la légitimité du pouvoir, c’est qu’il y a un problème politique grave. Ce problème ne tient essentiellement ni à l’homme ni aux circonstances, malgré les campagnes de presse qui sont menées pour le faire accroire. Et, à la vérité, peu importe que le tempérament personnel ajoute ou n’ajoute pas à la question. Les commentateurs se délectent à fournir comme explications des futilités : ils les grossissent pour les rendre énormes ; elles tiennent lieu alors de causes. Eh bien, non: ces explications ne sont que superficielles. Une analyse politique se doit d'aller au fond des choses, même si l'époque répugne à tout ce qui est fondamental. Cette crise est institutionnelle. Proprement française. Elle dure et durera sans remède sauf à y apporter la réponse appropriée.

Lire la suite

jeudi, 06 mars 2008

le nouveau "Politique Magazine"

720352650.jpg

EDITORIAL: Nos usines à la casse?
POLITIQUE
C'EST A DIRE: Enseignement de l’économie: l’entreprise, voilà l’ennemi! Jean-Bapt;ste d'ALBARET
ANALYSE: La majesté de l'Etat. Hilaire de CRÉMIERS
TRIBUNE: L'Europe mérite la vérité. Jean d'Orléans, duc de VENDÔME
DANS LA PRESSE INTERNATIONALE Paul AUPROT
CÔTÉ CUISINE: Cantonales, l’élection oubliée. Jean de LA FAVERIE
LES LlVRES: Dictionnaire du communisme. Yvan BLOT
HUMEUR: Délire de faciès. Léon FRANCOEUR
EUROPE: Au service du grand commerce? François RELOUJAC

SOCIÉTÉ
LA CHRONIQUE JUDICIAIRE: Sur trois arrêtés de février. Jacques TRÉMOLET de VILLERS
Banlieues: le coeur du problèmc. Kawtar MOUTAÏB
RELIGION: Gabriel FONSAC

MONDE
EN COUVERTURE: Le Kosovo arraché à la Serbie. Pire qu’un crime, une faute... Gilles VARANGE
ACTUALITÉ: Italie: le puzzle impossible. L. DURTAL

ÉCONOMIE
LA TRIBUNE DE JEAN~LOUIS CACCOMO: Distribution et production de richesses
ÉCONOMIE ANALYSE: Il y a réforme et réforme. Christian WAGNER
MARCHES FINANCIERS: La bombe a fini par éclater à retardement. Henri Tessier
ENTREPRISE: Alstom met le turbo.

CIVILISATION
PORTRAIT Jean Clair, que sont les musées devenus? Benoît GOUSSEAU
LETTRES: La consolation du rire. Henry BONNIER
LA CAUSERIE LITTÉRAIRE de Philippe SÉNART
IDÉES La Révolution: un tout! Yvan BLOT
ÉCRITS D'HISTOIRE: Tout examen est interdit. Xavier Walter
EXPOSITIONS: De Vincenzo Vela à Cuno Amiet.François MICAULT
Alexandre Charpentier, artisan de l’Art Nouveau. Raphaël de GISLAIN
CINÉMA:EmirKusturica:Promets~moi. B. GOUSSEAU.
MUSIQUE: L'art et la foi de Joseph-Ermend Bonnal. Damien TOP
LES BONNES TABLES de Philippe de MORGNY
PATRIMOINE: Des églises et des ruines R.G. Raphaël de GISLAIN

Rédaction et administration:
7 rue Constance - 75018 Paris
Téléphone: 01-42-57-43-22
http://www.politiquemagazine.fr
Abonnement:
1 an: 65 €
étudiants et chômeurs: 32 €

Pour vous faire connaître "Politique Magazine", un ancien numéro peut vous être envoyé gratuitement sur simple demande à la FRP