Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 05 juin 2008

Mariage annulé et Rachida Dati: FAUT-IL LA VIOLER (la loi)?

divorce.jpgRachida DATI, vient, en tant que ministre de la Justice, de demander au Parquet d'interjeter appel au jugement du tribunal de grande instance de Lille qui avait annulé le 1er avril un mariage parce que la mariée avait menti sur sa virginité. Cette demande signifie que le gouvernement veut faire revenir les juges sur une décision parfaitement légale.


La décision du TGI est parfaitement fondée en droit car prévue par l'article 180 du Code Civil. Depuis 1802, celui-ci prévoyait l'annulation du mariage, possibilité bien différenciée du divorce. "L'erreur sur les qualités essentielles", reconnue comme une cause de l'annulation, a été introduite dans l'alinéa 2 de cet article par la réforme de juillet 1975.
L'affaire paraît insignifiante, surtout eu égard aux 140.000 divorces annuels, mais elle est devenue une polémique depuis que "Libération" l'a dévoilée, déclenchant les cris d'horreur des milieux bobos et politiquement corrects (surtout de gauche, mais aussi de droite). Pensez! Considérer que la virginité est une "qualité essentielle", alors que nous devons nous réjouir de la révolution des mœurs qui serait la conséquence de mai 68!
Dans le "Nice-Matin" du 1er juin, Jean-Marie ROUART s'indigne: "Le droit français ne doit pas être l'allié, le bras armé de l'intolérance et de l'obscurantisme". Mais, un peu plus loin dans la même chronique, l'académicien rappelle que les deux conjoints sont musulmans. Il révèle le problème sous-jacent et que politiciens et journalistes osent de plus en plus prononcer: "il ne faudrait pas que nous assistions insidieusement à une islamisation du droit".
Pourtant, la loi a bien été appliquée, et ce n'est pas une loi récente, une loi de circonstance établie pour faire plaisir aux disciples de MAHOMET. Mais certains se rendent compte que les lois existantes ne sont pas des obstacles à l'islam. Elles sont laïques mais la laïcité a été conçue pour réduire l'influence catholique.MuslimPrayer.jpg
Pour empêcher que le droit français soit détourné au profit de la charia, le gouvernement doit le violer, même Mme DATI qui a pourtant autrefois utilisé l'article 180 pour son cas personnel.
On retrouve ici la partie de "KIEL et TANGER", intitulée "Mais il faut la violer", dans laquelle Charles MAURRAS montrait que, pour défendre la patrie, les hommes politiques de la Troisième République étaient contraints de violer la Constitution. Il ajoutait: "Ils le font. Ils font bien. Leur seul tort est de ne la violer qu'en détail".
Il est dérisoire de se contorsionner quand un problème se pose, qu'il s'agisse de l'annulation pour non-virginité ou du voile à l'école. Mais le problème de fond subsiste. Notre pays est dirigé par une caste qui ne veut pas perdre ses privilèges ni remettre en cause ses fondements idéologiques, le pays dût-il en périr. Il est difficile pour elle de reconnaître que la France n'a pas débuté en 1789 et qu'elle a été pétrie, façonnée par le christianisme et les rois capétiens.

Les commentaires sont fermés.