Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 septembre 2008

Marseille capitale européenne de la culture : le plus dur reste à faire.

silo.jpegLa désignation de Marseille comme capitale européenne de la culture pour 2013 ne peut que faire plaisir à tous les Marseillais et Provençaux. La place particulière de la plus vieille ville de France est reconnue. Il faut féliciter (une fois n’est pas coutume) les hommes politiques locaux, de droite comme de gauche, qui ont tous soutenu cette candidature.
Ce titre permettra de réaliser près de 74 projets pour un budget de 98 millions d’euros. Il apportera donc de nombreuses retombées économiques et des subventions de l’Union Européenne. Il permettra d‘édifier des infrastructures qui serviront au delà de 2013.


Cette masse d’argent attirera les convoitises de tous les parasites cultureux qui présenteront des projets bidon. Mais, après tout, c’est bien le but de l’U.E. : subventionner, subventionner, subventionner.
Plus important est de savoir quelle est la culture que présentera Marseille. Bernard LATARJET, directeur de la candidature, a expliqué que «aujourd’hui, les grandes questions culturelles qui se posent à l’Europe sont des questions très méditerranéennes». Ce qui est exact. Mais, au nom de ce constat, un certain politiquement correct mondialiste ne va-t-il pas en profiter ? Déjà, Jean-Marc COPPOLA, secrétaire de la fédération départementale du PCF, a déclaré que «ce choix marque la reconnaissance d’une culture métissée aux apports pluriels» («La Provence» du 17 septembre). Va-t-on montrer une Marseille méditerranéenne certes, mais aussi européenne, française et provençale ? Ou sera-ce une grande opération orientale ?garde.jpeg
Il serait peut–être bon d’écouter Mme JOISSAINS, maire d’Aix-en-Provence (la projet de Marseille capitale concerne aussi Aix, Arles et Toulon). Dans une vidéo d’excellente facture sur notre identité, elle n’a pas de honte de dire que «les gens qui viennent sont là pour s’adapter. Ils ne sont pas là pour contester nos valeurs, et nous nous sommes fiers de nos valeurs. (…)Mais la France est chrétienne, parce que l’Europe a été chrétienne…»

Donc, vive Marseille capitale culturelle, mais une Marseille qui sait de quelle culture elle est capitale !

Les commentaires sont fermés.