Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 13 janvier 2012

Pour préparer notre 21 janvier.....

        .....nous avons publié plusieurs textes et une vidéo de Jean-François Mattéi; nous publions maintenant deux vidéos de Maître Gilbert Collard, et trois notes déjà passées sur lafautearousseau, "D'accord avec... Gilbert Collard"...

        Aujourd'hui, notre "D'accord avec..." du 29 mars 2011....

                                                 ---------------


D'accord avec Gilbert Collard, sur "Le mal du Pays"... 

                 collard,france                    Inclassable, imprévisible, parfois déroutant, Gilbert Collard a sans doute, au fond de lui-même, de sa réflexion, un sens profond qui le rattache à la tradition, à l'histoire, à l'âme de la France. C'est ce qu'il a exprimé, le 5 mars, dans le texte - à notre avis important - que nous publions ci-dessous in-extenso. Nous aurions été honorés de le signer, étant en profonde sympathie d'esprit avec ce qu'il y exprime de juste et de vrai.

        Ceci n'implique ni de sa part ni de la nôtre aucun blanc-seing envers le Front national, mais confirme, en tout cas en ce qui nous concerne, notre défiance envers ce que Maurras appelait, en son temps, le Pays légal, lequel nous paraît pire encore aujourd'hui qu'hier....


Le mal du Pays, par Gilbert Collard

        Marine le Pen donnée par un sondage en tête au premier tour de la présidentielle, je crains le pire pour le révérend père président de la République, Nicolas Sarkozy du Chardonnet. Va-t-on le filmer, errant sur les lieux de mémoire vêtu d’une soutane noire ? Va-t-il transformer le Fouquet’s en lieu de pèlerinage pour people repentis ? Va-t-il remplacer le marathon de New York par le marathon de Saint- Jacques de Compostelle ?  Ce petit jeu cache une vraie trouille qui est une peur politique des conséquences de la maltraitance identitaire française depuis des années. Depuis vingt ans, peut-être plus, une certaine honte de la France a été cultivée, reléguant à une forme de racisme simplificateur toute revendication de dignité nationale, d’expression d’une histoire millénaire, de souhait secret d’être un peu respecté. 

collard,france 

        S’il n’y avait Marine Le Pen qui ose exprimer haut et fort le non-dit d’une France exaspérée d’être ignorée, croyez-vous qu’on s’intéresserait tout à coup à un peuple qui cherche à retrouver enfin une adresse à la poste restante de l’histoire, du mondialisme et d’une Europe déracinée ? Un peuple qui aime son pays, ses paysages, ses traditions, sa Patrie, même s’il n’ose encore le dire par peur du rire, qui, d’où qu’il vienne, s’est fondu par le temps qui passe dans la Nation.

        Un peuple qui cherche à faire respecter son héritage judéo-chrétien. Oserait-on, aujourd’hui, évoquer « la France des racines », dont jusqu’alors on se foutait, s’il n’y avait en sourdine un besoin de ressourcement reconstructeur.

        La difficulté pour l’actuel pontife présidentiel, c’est qu’il ne suffit pas de visiter une cathédrale médiévale au Puy-en-Velay, de s’improviser le notaire d’un « magnifique héritage »  chrétien, pour être crédible dans cette posture.

        Trop de crachats impunis ont depuis des années souillé d’humiliations notre histoire; trop d’atteintes à notre identité de tous les jours comme de tous les temps historiques nous ont été infligées : l’hymne hué, sifflé, le drapeau transformé en torche-cul, notre langue estropiée, abandonnée, notre passé toujours en procès, notre diplomatie démonétisée, notre culture judéo-chrétienne et notre amour des autres tournés en dérision, transformés en économie frauduleuse. Tout ce mal, sans qu’on lève le petit doigt politique, associatif, judiciaire pour essuyer l’affront.

        Ce qui est extraordinaire, c’est qu’il faille que le président devienne potentiellement candidat pour découvrir qu’il existe en France des Français qui aiment la France et ses racines sans être racistes, xénophobes, ou même franchouiardement con ! Si l’identité, comme on dit, faute de mieux, avait été honorée comme il se doit, dans le respect réciproque des autres et par les autres, serait-il nécessaire d’en faire un débat, d’en parler, d’en discuter ? L’ouverture de cette discussion est révélatrice d’une souffrance française : le mal du pays !

Les commentaires sont fermés.