Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 10 mars 2013

Marseille : après notre Café de samedi, faisons le point, à mi-chemin de notre Enquête sur la République...

LAFAUTEAROUSSEAU sans inscription.jpgRappellons seulement, en quelques phrases très schématiques, que nos cafés politiques 2012-2013 ont un thème central : Enquête sur la République.

Pourquoi une enquête sur la République ?

Parce que – si la monarchie n’est pas actuellement à l’horizon des possibles immédiats – la République (la Vème de nos républiques) est de plus en plus exposée, sujette, à la critique des citoyens conscients des réalités.

Elle est critiquable dans un ensemble de domaines fondamentaux. Elle combine, aujourd’hui, les contraintes d’une rigueur de plus en plus pesante, le vide institutionnel, la crise d’autorité, la défiance des Français envers le monde politique, l’échec de sa politique européenne, et son intrusion purement idéologique dans les affaires des citoyens, des familles, de tout ce qui touche à leur vie et même à leur mort. Car malgrés ses échecs, notre République n’a pas renoncé à son substrat idéologique.  

C’est ,en gros, ce que nous avons vu avec Gérard Leclerc, Laurent Wetzel, Antoine de Crémiers, Alain Bourrit (le mois dernier), avec Hilaire de Crémiers ce samedi 9 mars, et, le 6 avril prochain, avec Jean-François Mattéi. 

Bien entendu, notre « enquête » de cette année n’est peut-être qu’un brouillon de l’enquête globale à mener sur ce régime qui affaiblit notre pays, depuis deux siècles. Le tout devra être repris, amplifié, étendu à d’autres domaines. Donc, notre enquête se poursuivra dans les mois qui viennent, où la situation n’a que de très faibles chances de s’améliorer !

C'est aussi cela, le militantisme de ceux qui ne sont pas tièdes : surmontant avec sérénité un "état grippal avancé", Hilaire de Crémiers n'a pas hésité à faire le voyage, à prononcer son intervention, puis à rester avec nous au cours du traditionnel repas de l'après-Café : les jeunes étudiants présents ont ainsi pu être "au contact" de "transmetteurs" et de "passeurs" tels qu'Hilaire et Antoine de Crémiers, Gérard Pol, Jean-Baptiste Donnier, Jean Gugliotta, Paul Léonetti, François Davin... Des "habitués" manquaient (Solange, Michèle, Jacques, Noël, Jean-Louis...) mais Ariane et Henriette sont restées pour la première fois, avec René, le "pillier", et ne l'ont pas regretté... Comme d'habitude, ce repas d'après-Café a permis d'alterner les moments de franche détente et de joyeuse camaraderie, avec des discussions approfondies sur des points des plus sérieux...

La vidéo mercredi ou jeudi...

Rendez-vous, pour le Café d'Aix, le mardi 2 avril, et, pour celui de Marseille, le samedi 6 avril, avec Jean-François Mattéi, pour L'avènement programmé de la sous-culture...

Les commentaires sont fermés.