Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 juillet 2008

La 24ème révision de la Constitution: un viol légal et habituel

27.jpgRoger ANTECH, dans "Nice-Matin" du 22 juillet, trouve que la réforme de la Constitution "a singulièrement manqué (de souffle)" car elle a été précédée par des tractations, des sommations et des oukases". Tout le monde le sait d'autant mieux que les chefs de l'UMP et le président de la République lui-même ont reconnu avoir pratiqué des pressions jusqu'au dernier moment pour obtenir des votes positifs.
Les parlementaires qui ont voté n'étaient pas convaincus de la nécessité de cette réforme. Ainsi, "La Provence" du 21 juillet cite le sentiment du député marseillais Roland BLUM (qui se serait prononcé défavorablement si le principe du référendum pour l'adhésion d'un nouveau pays à l'UE n'avait pas été maintenu): "on a perdu beaucoup d'énergie pour quelques réformettes". Mais, pour Nicolas SARKOZY, cette révision était importante pour marquer son passage à la tête du pays et gouverner comme il l'entend. Roger ANTECH ne l'a pas compris, lui qui écrit aussi: "une Constitution n'est pas un costume taillé sur mesure pour le Président en place".
Depuis de GAULLE, chaque chef de l'Etat a modifié (23 fois en 50 ans avant cette année!) ou interprété à sa façon le texte constitutionnel.
En conséquence, il n'y a pas lieu d'accorder beaucoup d'importance à ce nouveau viol légal.
Plus grave, est le viol de la tradition et de l'âme française depuis deux siècles.

parlement5e-300x248.jpg

mardi, 22 juillet 2008

Lectures d'été (2): MAURRAS l'incontournable

Maurras chemin de Paradis 1941.jpgLes ouvrages de Charles MAURRAS sont pratiquement introuvables dans le commerce. Son œuvre passe parfois pour avoir vieilli. Le style, pêtri de culture latine et grecque, peut paraître inhabituel pour un lecteur du XXI° siècle. Les exemples sur lesquels il basait ses démonstrations ne sont plus d'actualité. Mais la clarté et la logique du raisonnement sont toujours aussi convaincants. Les leçons politiques sont toujours aussi importantes.
La lecture de MAURRAS est indispensable pour se purifier l'esprit et comprendre plus facilement la société d'aujourd'hui.
De nombreux livres du maître de l'AF se retrouvent maintenant sur internet grâce aux animateurs du site Maurras.net qui publient régulièrement des textes de Maurras. Parmi les derniers mis à la disposition de chacun, on peut citer l'indispensable "Kiel et Tanger" et les peu connus "Sans la muraille de cyprès" et "Les secrets du soleil". Chaque œuvre est présentée par un texte qui en explique l'importance.
Allez vite voir ce site: http://maurras.net

dimanche, 20 juillet 2008

Georges BERNANOS à la télévision

Cette année est le 120ème anniversaire de la naissance et le 60ème anniversaire de la mort de Georges BERNANOS (5 juillet 1948).Bernanos.jpg
Ce soir, dimanche 20 juillet, à 20h50 et pendant 55 minutes (et rediffusée à 0 h 59), la chaîne de télévision KTO consacrera son magazine "La Foi prise au mot" au grand écrivain catholique et royaliste, au style éblouissant et au tempérament de feu.
Régis Burnet, l'animateur/présentateur, recevra Mgr Gaucher, évêque émérite de Bayeux-Lisieux, grand connaisseur de l'auteur, et Yves Bernanos, réalisateur, petit-fils de l'écrivain.
Pour Mgr Gaucher, Georges Bernanos "est l'écrivain du Vendredi saint et le chantre du matin de Pâques". Son petit-fils évoquera, lui, le "puissant écrivain, libre d'esprit, fin connaisseur de l'âme humaine".....

Le blog "lafautearousseau" a reproduit le texte de Sébastien LAPAQUE sur "La France contre les robots" paru dans le dossier publié par "Famille Chrétienne".

vendredi, 18 juillet 2008

Les fausses découvertes du "Monde"

Dans sa série d'été dite "Rétrolecture", "Le Monde" a présenté, le 15 juillet, le livre de Jean-François GRAVIER, "Paris et le désert français", publié en 1947, d'une façon d'abord très sympathique:
carteblasexg7.gif"Plus qu'une référence, il reste un témoignage, un symbole: celui de la révolte contre une France déséquilibrée, entre une région-capitale écrasante, où tout se passe, et une province belle endormie qui suscite l'ennui et fait fuir les talents vers la Ville Lumière."
La clarté du bilan de la centralisation est vantée dans cet article. Le journaliste Jean-Louis ANDREANI résume les suggestions de solutions avancées par J-F GRAVIER pour faire revivre les régions françaises. Il évoque l'importante influence qu'eut ce livre sur la politique d'aménagement du territoire de l'époque gaullienne.
Mais un élément tracasse le rédacteur du quotidien dit "de référence": J-F GRAVIER vient d'un milieu maudit.
J-F GRAVIER000_app2001063067042.jpg"Il y a une face souvent ignorée de Jean-François Gravier, son engagement idéologique dans la mouvance maurassienne. Un jeune universitaire, Antonin Guyader, rappelle que le géographe, qui signe alors "François Gravier", a été membre des étudiants royalistes d'Action française, puis a continué à graviter dans les milieux de la droite monarchiste, avant de travailler pour Vichy (La revue Idées 1941-1944. Des non-conformistes en Révolution nationale, L'Harmattan 2006)".

Malheureusement pour ce journaliste, ce n'est pas un "scoop". Jean-François GRAVIER n'a jamais caché ses années maurrassiennes. Dès 1962, dans son gros ouvrage "L'Action Française", l'historien Eugen WEBER le citait cinq fois.

Il ne s'agit pas ici de ressusciter une vieille querelle mais de montrer que nous avons ici l'exemple d'une belle méthode souvent utilisée. On fait semblant de découvrir un "péché" qui aurait été caché, ce qui permet de mettre en doute la valeur de l'œuvre et d'envoyer l'auteur dans l'enfer des "fascistes". Ainsi, les auxiliaires de la police de la pensée "politiquement correcte" peuvent garder le monopole du pouvoir intellectuel. Il est plus que temps de secouer cette dictature idéologique pour montrer de mieux en mieux, et de le dire sur la place publique, que nous sommes fiers d'être Français et royalistes.

mercredi, 16 juillet 2008

Image de Montréal

Le récent voyage du Prince JEAN, duc de VENDÔME, au QUÉBEC, va prochainement faire l'objet d'un compte-rendu sur le site Gens de France.
En attendant, nous publions une photo prise sur le balcon d'où le général DE GAULLE lança son fameux "Vive le Québec libre!". Le prince est à côté du maire de Montréal Gérald TREMBLAY et de Hilaire de CRÉMIERS.

DSC_0117.JPG

mardi, 15 juillet 2008

Lectures d'été (1): Les Princes du malheur - Le destin tragique des enfants de Louis XVI et Marie-Antoinette

enfants Louis XVI-Delorme.jpgDans les tourments de la Révolution, personne ou presque ne s’attarda sur le sort des enfants d’une royauté à l’agonie. La culpabilité supposée des parents avait-elle rejailli sur leur progéniture ?

Le terrible destin de l’enfant du Temple ne fut en réalité connu du plus grand nombre qu’à la fin du XXe siècle. Mais la République n’avait pas à son sujet la conscience tranquille. Emprisonné de longs mois au Temple dans l’obscurité la plus complète, atteint d’une tuberculose généralisée, ses souffrances furent ignorées tout simplement. Elles ne furent cependant pas moins brutales que celles de son frère mort le 4 juin 1789 dans les premières semaines (ou au lendemain de la réunion) des Etats Généraux ou de sa petite sœur madame Sophie partie sans avoir atteint son premier anniversaire. La mortalité infantile, la médecine encore balbutiante rendraient encore longtemps précaire toute vie humaine.

L’histoire des enfants inspire depuis peu les historiens. Philippe DELORME fait revivre ici le quotidien des « Princes du malheur » qui se double ici d’une tragédie. On les suit pas à pas grâce aux nombreuses archives, inédites pour beaucoup, où perce souvent l’amour de leurs parents attentifs, Louis XVI et Marie-Antoinette…

POUR COMMANDER L'OUVRAGE, CLIQUEZ ICI ou LÀ.

Historien et journaliste, Philippe Delorme est l’auteur de nombreux ouvrages. En 2000, ses recherches ont mis un terme au mystère Louis XVII.


samedi, 12 juillet 2008

UNE FRANCE RASSURANTE ET PROSPÈRE?: le constat du duc de Vendôme

Le quotidien "Le Monde" a publié dans son édition du 7 juin un article intitulé : « Monarchies européennes, rassurantes et prospères ». A la suite de cette parution, le Duc de Vendôme a adressé au "Monde" un courrier, qui est paru sur le site Gens de France et dont voici la teneur :

C’est avec un grand intérêt que j’ai lu l’article que vous avez consacré aux monarchies européennes dans "Le Monde" du 7 juin.
Prince Jean - RRB.jpg
« Rassurantes et prospères », dites-vous, et vous avez raison : rois et reines assurent à leurs pays la stabilité nécessaire à la prospérité de leurs compatriotes. Peut-on en dire autant de la France ?

Rassurante ? Les Français n’ont jamais eu l’humeur aussi sombre. L’euro grignote leur pouvoir d’achat, attaqué par l’augmentation de l’essence et des produits alimentaires. Les parents s’inquiètent pour leurs enfants : l’école de la République n’assure plus la promotion sociale qu’elle promettait à leurs aînés. Les Français craignent surtout de voir la France disparaître dans un ensemble européen géré par une bureaucratie sans âme.

Prospère ? La croissance reste atone, le déficit commercial se creuse, la dette s’accroît. Nos entrepreneurs sont pourtant dynamiques, nos salariés productifs, mais le trop-plein de lois et le poids des taxes découragent leurs initiatives. Il suffirait pourtant de peu de choses pour que les Français retrouvent confiance. Déjà, qu’ils soient écoutés, ou bien, par exemple, qu’on ne leur fasse pas dire oui quand ils ont dit non. Surtout, qu’on leur parle de leur pays, de son histoire, qui est grande et dont ils doivent être fiers, et de leur avenir qui le sera si nous restons fidèles à ce que nous sommes. Il suffirait d’avoir pour la France une vision, qui fait aujourd’hui défaut. Les choses pourraient-elles changer ? Aux Français de le dire. Les peuples ont souvent plus de sagesse que ceux qui les gouvernent. La réponse des Irlandais sur le traité de Lisbonne prouve que tout est possible quand on rend la parole aux peuples.

Jean de France, duc de Vendôme

lundi, 07 juillet 2008

"Politique Magazine" est sorti

POLITIQUE MAGAZINE - Sommaire N° 65 • JUILLET-AOÛT 2008
sc0000511e.jpg
L'EDITORIAL :
Défense : cri d’alarme

POLITIQUE
- C'EST-A-DIRE : « Régions: quand le rose vire au rouge » par Jean-Baptiste d'Albaret
- ANALYSE : « La grande illusion (il faut fonder l’Europe non sur l’utopie, mais sur la vérité)» par Hilaire de Crémiers
- DANS LA PRESSE INTERNATIONALE par Paul Auprot
- ACTUALITE : « Réforme des institutions: quelle vision d'ensemble ? » par Gérald Darmanin

SOCIETE
- ACTUALITE : « Le pacte européen pour l'immigration : changer de logique » par Xavier Tency
- ZOOM : « Intéressement : une contre-mesure productive? » par François Reloujac
- LA CHRONIQUE JUDICIAIRE : « Où est l’erreur ? » par Jacques Trémolet de Villers
- RELIGION par Gabriel Fonsac

MONDE
- ANALYSE : « Proche Orient: un équilibre fragile » par Christian Wagner
- ACTUALITE : « Uribe à l'assaut des Farc » par Louis Durtal

ECONOMIE
- LA TRIBUNE DE JEAN-LOUIS CACCOMO : « Retraite : la loi, la logique et le contrat »
- BOURSES INTERNATIONALES : « Vers la fin du miracle allemand? » par Stéphane Bleus
- MARCHES FINANCIERS : « Crise en série : et le pétrole en plus » par Guy Francheteau
- VALEURS A LA UNE : « Rexel, la meilleure de la classe » par Xavier Barnich

CIVILISATION, ART DE VIVRE
- ACTUALITE : « 1608-2008 : une année Richelieu en Vendée. Richelieu est-il l’inventeur de la diplomatie moderne ? » entretien avec le député Dominique Souchet
- BEAUX-ARTS : « A bord de la Boussole et de l'Astrolabe » par Alexis-Louis Lardhy
- LETTRES Benoît Gousseau
- LA CAUSERIE LITTERAIRE de Philippe Senart : « Jean-Marie Rouart : une année d’histoire républicaine »
- LIRE : H.de.C, Yves-Henri Allard, Henry Bonnier
- AVEC OU SANS SUCRE : « Du gorgonzola pour Mitterrand » par Léon Francœur
- MUSIQUE : « Les tribulations d'un Chinois français : Louis Laloy » par Damien Top
- CINEMA : « Aki Kaurismäki, quand le tango est finlandais » par Benoît Gousseau
- EXPOSITION: « Fernand Léger, entre Paris et New York » par François Micault
- FESTIVAL DE L’ETE par Bruno-Stéphane Chambon
- LES BONNES TABLES DE PHILIPPE DE MORGNY
- REPORTAGE « Splendeur de Fès … » par J.B. d'A.
Rédaction et administration: 7 rue Constance - 75018 Paris
Téléphone: 01-42-57-43-22 - http://www.politiquemagazine.fr
Abonnement: 1 an: 65 € - étudiants et chômeurs: 32 €