Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 01 mars 2011

15 avril 1982, Marseille : Débat De Benoist - Thibon...

         C’est un pur joyau que nous vous livrons ici. La « malle au trésor » du blog se remplit… Profitez-en.

         Ceux qui feront l’effort de regarder – et surtout d’écouter – les 6 vidéos ci-dessous en tireront de grandes joies de l’esprit.

 

        Il s’agit d’un dîner-débat de très grande qualité, organisé il y a maintenant vingt-sept ans par l’Union Royaliste Provençale, le 15 avril 1982, à Marseille, entre Gustave Thibon et Alain de Benoist. Débat brillant où les deux intervenants font l’une et l’autre preuve de l’esprit le plus ouvert et, malgré leurs différences – et même leurs oppositions – d’un sens du dialogue qui, pourtant, pour l’un comme pour l’autre, ne cède rien à la recherche de la – ou, au moins, d’une – vérité.

 

        La qualité des enregistrements est détestable. Souvent, il faut tendre l’oreille. Ce sont aujourd’hui des documents d’archive. Mais l’on s’apercevra vite que le fond du débat magistralement nourri par l’immense culture et le grand talent de Gustave Thibon et d’Alain de Benoist, reste, en bien des points essentiels, d’une brûlante actualité.

de benoist,thibon,tradition,christianisme,paganisme

Lire la suite

mercredi, 10 février 2010

Une nouvelle vidéo de Discours des Baux......

            Paul ne s'arrête plus ! Il vient de réaliser cette nouvelle Vidéo de Discours des Rassemblements Royalistes des Baux de Provence, grâce à laquelle on va pouvoir ré-entendre Jean Raspail, Gustave Thibon, Gérard de Gubernatis, dans les discours qu'ils ont prononcés en 1980, 1981 et 1982;

            Ce beau travail vient donc compléter et enrichir encore ces documents d'archives exceptionnels mis à la disposition de tous, sur cette aventure très positive que furent -sur une période de plus de trente ans- les Rassemblements Royalistes: à Montmajour, pour les trois premiers (en 1969, 1970 et 1971); à Saint Martin de Crau (en 1972); et aux Baux de Provence, pour tous les autres, marqués, finalement par la venue des Princes, en 2002.

            On disposait déjà d'un Album de 57 photos et de deux montages vidéos (toujours réalisés par Paul): le premier permettant d'entendre Gustave Thibon, Pierre Debray, Michel de Saint Pierre, Jacques Luporsi, Jacques Maurras...; et le second retraçant la venue des princes aux Baux, en 2002: reçus dans leur Mairie par les Maires d'Arles et des Baux, reçus dans la maison de Frédéric Mistral, puis participant et prenant la parole au Rassemblement. Ce deuxième montage vidéo permet d'écouter Jean Sévillia, Gérad Leclerc, Jean-Marc Varaut, Marcel Jullian, Jacques Trémollet de Villers et, bien sûr, le prince Jean.

             Voici donc un quatrième document d'archive, qui vient fort heureusement compléter la série.... 

            http://vimeo.com/9318705

08:23 Publié dans Vidéos | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 31 janvier 2010

Le 21 janvier à Marseille (3/3): la messe aux Réformés....

Le 21 janvier à Marseille (3/3): la messe aux Réformés....

        Cette année, le 21 Janvier 2010, l’évènement est à Marseille, Église des Réformés, à 18h30 : la Messe de Requiem pour Louis XVI et toutes les victimes de la Révolution, y est célébrée en présence de S.A.R le prince Jean de France....

        Les mots sont faibles pour rendre compte d'une cérémonie d'une telle intensité, et d'une telle hauteur de sentiments. On aura pourtant un aperçu, en cliquant sur le lien ci-après, de la grandeur du moment -réellement un moment de grâce - qu'il fut donné aux participants de vivre en cette Église des Réformés, ce jeudi 21 janvier. Et l’on en connaîtra l’essentiel, si l’on écoute – ou réécoute – l’homélie du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine.

         Plus une place de libre dans l'église; des allées latérales remplies de fidèles debout; un nombre de jeunes impressionnant; une communion -pourtant distribuée par trois officiants- qui a duré douze minutes; un Salve Regina de conclusion, et d'anthologie, repris, en un choeur unanime, par la totalité des participants; la trompette de Laurent Friss et l'orgue de Jean-Robert Cain, sans le moindre petit raté, ni chez l'un, ni chez l'autre... oui, vraiment, les simples mots sont trop faibles pour traduire la beauté de cette cérémonie, et la grandeur de l'accueil qu'a reservé la père Michel-Marie Zanotti-Sorkine au couple princier, au petit prince Gaston de France, et à tous ceux qui sont venus -"sans haine et sans ressentiment"- prier pour Louis XVI et toutes les victimes de la Révolution.

Messe pour Louis XVI en présence du prince Jean 21012010
http://vimeo.com/9028474

samedi, 30 janvier 2010

Le 21 janvier à Marseille (2/3): les interventions de Jean-François Mattéi et du Prince Jean.

             En définitive, ce sont les idées qui mènent le monde. Mais ce mot peut être pris dans son acception réaliste, c'est-à-dire lorsque les idées se fondent sur les réalités de l’Histoire et de la Nature, lorsque la raison humaine se reconnaît des limites et des fondements, ou, au contraire, il peut être pris – et, malheureusement, vécu - dans son acception purement abstraite, lorsque la raison humaine, déconnectée de ces mêmes réalités, enfante des idéologies et des systèmes qu’elle n’aura de cesse d’imposer, ensuite, par la force totalitaire, aux hommes et aux sociétés, généralement pour leur plus grand malheur.

             C’est, en tout cas, ce qu’enseigne l’expérience révolutionnaire, notamment de 1789 à nos jours et l’histoire des deux derniers siècles : français, européens et, Jean-François Mattéi a, sans-doute, raison de le dire, mondiaux car la révolution initiée en France à la fin du XVIIIème siècle s’est répandue, en définitive, sur tous les continents ; elle a ensanglanté et meurtri profondément la planète toute entière, l’arrachant à ses racines et à ses équilibres traditionnels, jusqu’au tréfonds des hommes, des personnes, elles-mêmes..

            C’est ce dont on s’est aperçu, peu à peu, dans de très larges cercles intellectuels, comme, aussi, populaires, notamment à dater de 1989 qui, curieusement, fut, à la fois, l’année du bicentenaire de la Révolution française, dont les commémorations furent un échec, et celle de la chute du mur de Berlin, symbole de l’effondrement du dernier grand mythe, du dernier grand système issu des cycles révolutionnaires : la révolution marxiste, qui en était, probablement, l’ultime incarnation …      

            C’est, en particulier, cette prise de conscience, devenue , aujourd’hui, très aigüe et très répandue, qui, à notre sens, explique et fait tout l’intérêt, l’actualité et, aussi, curieusement, l’importance grandissante, par les foules qu’elles réunissent, des commémorations de l’assassinat du Roi Louis XVI, organisées, un peu partout, en France et, même, à l’étranger, chaque 21 janvier.

            Cette année, nous l’avons dit, l’évènement de ce 21 janvier était à Marseille, en raison de la présence du prince Jean de France, de son épouse, la princesse Philoména et de leur premier enfant, né tout récemment, le prince Gaston de France. Et c’est une assistance, vraiment impressionnante, de plusieurs centaines de personnes qui a participé à la Messe célébrée en l’église de Réformés. Il faut en écouter ou en réécouter l’homélie : à la lumière de la foi chrétienne, elle dit, elle aussi, et magnifiquement, l’horreur des meurtres et des destructions que les idéologies révolutionnaires ont opérées, en France et dans le monde.

            Les royalistes marseillais, depuis une dizaine d’années, avec des concours éminents (Jean-Marc Varaut ; Christian Atias ; Jean-François Mattéi ; Jean-Baptiste Donnier) ont voulu que la commémoration du 21 janvier 1793, jour de l’assassinat de Louis XVI, ne soit pas seulement un jour de deuil ou de mémoire ; qu’en tout cas, elle soit, surtout, l’occasion d’une réflexion historique et politique sur la France, l’Europe et le monde, d’après la grande césure de 1789 et 1793, cause, pour l’essentiel, de ce que Chantal Delsol a appelé, bien-sûr, dans son acception forte, « le souci contemporain ».

            Les vidéos que nous vous offrons de regarder et d’écouter, ici, (Messe des Réformés, repas-conférence à la Société Nautique à Marseille avec les interventions de Jean-Baptiste Donnier, Jean-François Mattéi et du prince Jean de France) ) sont les reflets de cette prise de conscience et de cette réflexion, utiles, sans-doute, à la France d’aujourd’hui.

Repas conférence du 21 janvier 2010 part 2


http://vimeo.com/8999378

vendredi, 29 janvier 2010

Le 21 janvier à Marseille (1/3): l'intervention de Jean-Baptiste Donnier.

            Après le moment de grâce de la messe aux Réformés, c'est sur le Vieux-Port que se déroule la deuxième partie de la soirée. Sur ce Lacydon des Grecs de Phocée, où sont comme résumées et condensées nos Racines, et nos vingt-six siècles d'Histoire....

            C'est là que la tribu celte des Salyens a reçu et rencontré les Grecs; là que les Romains de César ont incorporé -un peu rudement...- la Massalie grecque à leur Empire naissant; là que le christianisme est arrivé chez nous pour, d'ici, remonter vers les peuples du Nord; là que se sont manifestées les attentions des Rois pour leur grand port sur la Mediterannée, même si l'histoire des rapports entre le pouvoir royal et Marseille n'a pas toujours été comme un long fleuve tranquille.... 

            A la Nautique, on en plein milieu de ce Vieux-Port, le Lakaydon des Grecs, à un jet de pierre des fleurs de lys de l'écusson de la Mairie, sculpté par Pierre Puget en personne; à un jet de pierre aussi de cette basilique de Saint Victor, où se trouve la fameuse Pierre de Volusianus, et qui fut le centre et le point de départ du monachisme en Occident; à quelques dizaines de mètres de la corne du port antique, et des murailles grecques auxquelles César lui-même a rendu hommage: bref, on est, dans cet endroit, en plein coeur de nos Racines, dont ce lieu chargé d'histoire offre comme un saisissant raccourci, en même temps qu'un résumé complet.

            C'était donc bien l'endroit rêvé pour évoquer le thème choisi pour cette soirée: Retrouver le chemin qui conduit chez nous, un thème inspiré par la phrase de Platon , dans son Philèbe, que cite Jean-François Mattéi dans son ouvrage Le regard vide, essai sur l'épuisement de la culture européenne, dont cette phrase de Platon constitue la dernière ligne...

            Voici le premier exposé de la soirée, par Jean-Baptiste Donnier:

                                                  Repas conférence du 21012010 part 1
                                                  http://www.vimeo.com/8993396

marseille la nautique.jpg

mercredi, 27 janvier 2010

21 Janvier 2010, Marseille, Eglise des Réformés, 18h30: Messe de Requiem pour Louis XVI et toutes les victimes de la Révolution, en présence de Leurs Altesses Royales le prince Jean, la princesse Philoména et le prince Gaston de France.

           Cette année, le 21 Janvier 2010, l’évènement est à Marseille, Église des Réformés, à 18h30 : la Messe de Requiem pour Louis XVI et toutes les victimes de la Révolution, y est célébrée en présence de S.A.R le prince Jean de France....

            Les mots sont faibles pour rendre compte d'une cérémonie d'une telle intensité, et d'une telle hauteur de sentiments. On aura pourtant un aperçu, en cliquant sur le lien ci-après, de la grandeur du moment -réellement un moment de grâce - qu'il fut donné aux participants de vivre en cette Église des Réformés, ce jeudi 21 janvier. Et l’on en connaîtra l’essentiel, si l’on écoute – ou réécoute – l’homélie du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine.

             Plus une place de libre dans l'église; des allées latérales remplies de fidèles debout; un nombre de jeunes impressionnant; une communion -pourtant distribuée par trois officiants- qui a duré douze minutes; un Salve Regina de conclusion, et d'anthologie, repris, en un choeur unanime, par la totalité des participants; la trompette de Laurent Friss et l'orgue de Jean-Robert Cain, sans le moindre petit raté, ni chez l'un, ni chez l'autre... oui, vraiment, les simples mots sont trop faibles pour traduire la beauté de cette cérémonie, et la grandeur de l'accueil qu'a reservé la père Michel-Marie Zanotti-Sorkine au couple princier, au petit prince Gaston de France, et à tous ceux qui sont venus -"sans haine et sans ressentiment"- prier pour Louis XVI et toutes les victimes de la Révolution.

            "Regardez, mes frères, comme l'âme humaine devient inhumaine lorsqu'on la laisse à ses propres forces, loin de l'Evangile qui la redresse !..."

             http://www.delamoureneclats.fr/spip/spip.php?article230

zanotti sorkine.jpg

jeudi, 10 décembre 2009

Montmajour : l'aventure des rassemblements royalistes, en Provence

Image1.png
Image10.png
Cliquez sur les images

"Tenons serré le lien qui nous tient réunis
avec les Pères de notre esprit et de notre goût"

Charles MAURRAS - Préface d’Anthinéa (1942)


A Montmajour, puis aux Baux, nous avons, tous ensemble, prolongé la pensée, l’action, l’œuvre intellectuelle et politique des maîtres du royalisme français.
C’est en 1969 que s’est tenu le 1er rassemblement royaliste de Montmajour, prélude à une série de rassemblements qui se sont ensuite tenus régulièrement à Montmajour, à Saint Martin de Crau et, de longues années, aux Baux de Provence.

Par leur durée, leur régularité, la liste impressionnante des personnalités qui y ont pris la parole, l’excellence et la pertinence des idées qui y ont été émises, les rassemblements de Montmajour et des Baux ont marqué l’histoire du royalisme français. Vous êtes nombreux à y avoir pris part et à en avoir gardé le souvenir.
 
Voici une première vidéo restituant -un peu...- quelque chose de ces rassemblements. Une deuxième suivra, très prochainement, dans laquelle on verra, en 2002, les Princes venir aux Baux, être reçu dans leur mairie d'Arles et des Baux par les maires de ces deux villes, puis prendre la parole au Rassemblement, à côté de Marcel Jullian, Jacques Trémollet de Villers, Jean-Marc Varaut, Gérard Leclerc, Jean Sévillia....

dimanche, 08 juin 2008

Le sens de mai 68

Antoine de CRÉMIERS a animé le "café actualité" sur le sens de mai 68, le mardi 3 juin 2008 à Aix-en-Provence, et a en donné une analyse très enrichissante.
Les "événements" de mai 68 ont été une révolte et une fête mais pas une révolution. Mai 68 n'est pas une cause mais une conséquence de la modernité. La modernité a rompu avec le passé et a transformé la société en un agrégat d'individus qui sont enfermés dans le présent et la consommation. Seulement, ses soubassements économiques sont en train de vaciller. Une autre leçon de mai 68 nous donne aussi de l'espoir: ce sont les minorités qui peuvent faire l'Histoire.
Regardez l'enregistrement vidéo de cette réunion.