Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 janvier 2008

LE TRAVAIL À AIX-EN-PROVENCE

bb6565f216a8b2a05758de10f300db7c.jpgLe prochain rendez-vous mensuel de “CAFÉ ACTUALITÉ” sera animé par Antoine de CRÉMIERS qui demandera:
"TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER PLUS: DE QUOI PARLE-T-ON?",
et évoquera les métamorphoses de la notion de travail.
La réunion a lieu à Aix-en-Provence, au Café “Le Festival”, en bas du Cours Mirabeau (salle du premier étage), mardi 8 janvier à 18 h 45.

mercredi, 02 janvier 2008

LE PROCHAIN 21 JANVIER

208c6ac17d2ffc179f3132774371fac1.jpg

A Marseille, Lundi 21 janvier 2008
à l’occasion du 215ème anniversaire du 21 janvier 1793
MESSE
célébrée par Mgr Jean-Pierre ELLUL
à la mémoire du Roi Louis XVI et des victimes de la Révolution
en l’église du Sacré-Cœur à 19 h
81, avenue du Prado - 13008 Marseille
Avec chants grégoriens, orgues et trompette.
- Christophe GUIDA à l’orgue
- Jean-Marc RIGOLI à la trompette
Deux marches de TELEMANN - Choral du Veilleur de BACH - Wassermusik de HAENDEL

REPAS-CONFÉRENCE
à l’hôtel Holiday Inn,
103, avenue du Prado, 13008 MARSEILLE, à 20 h 15
avec la participation de:
- Hilaire de CREMIERS, directeur de "Politique Magazine",
- Christian ATIAS, professeur des Universités,
- Jean-François MATTEI, professeur à l’Institut Universitaire de France,
sur le thème :
L’exécution de Louis XVI : mort d’une famille !
La fin d’un peuple ? Le déclin d’une civilisation ?

(Prix du repas : 31,00 €)
Inscriptions souhaitées avant le 18 janvier 2007.
Les repas réservés ne seront pas remboursés.

S'inscrire auprès de la Fédération Royaliste Provençale - 30, rue Thérésa - 13007 MARSEILLE - Tél. : 06 09 53 52 59

3fef7ba6107b876c65c50ecdedb0075a.jpg

mardi, 18 décembre 2007

Du colonel au top-model

Tous les médias se précipitent pour évoquer la liaison du président de la République avec Carla BRUNI. Gilles DAUXERRE, dans "La Provence" de mardi 18 décembre, reconnaît que le débat n'a pas duré longtemps dans sa rédaction pour décider de publier l'information.
Le journaliste explique qu'il n'est pas dupe de "cette manière de gouverner par la mise en scène permanente de l'action présidentielle" et qu'il "faudrait être naïf ou hypocrite pour croire, ou laisser croire, que cette médiatisation n'est pas organisée, ou au moins maîtrisée". Dans le même journal, le sociologue Denis MUZET remarque que cette annonce "est une manière de rebondir pour celui qui vient de traverser les épreuves des conflits sociaux et d'essuyer les critiques sur la visite de KADHAFI".
La même idée est émise de façon plus triviale sur un blog du JDD: "SARKOZY nous prend pour des MICKEY": "Pour tourner la page de la visite encombrante du guide libyen qui s'est régalé à humilier une semaine durant son hôte, il fallait trouver un truc maousse pour reprendre la main."
Mais s'attarder sur le personnage SARKOZY ne suffit pas. Le président actuel ne fait que tirer les conséquences pratiques pour la république de l'évolution de l'information. En république, il a toujours fallu tenir l'opinion pour être réélu ou simplement pour garder un pouvoir solide. Autrefois, le centralisme et la distribution des prébendes jouaient ce rôle. Maintenant, avec l'importance prise par les divers moyens d'information, il est indispensable de contrôler les médias et, surtout, d'alimenter ceux-ci avec des scoops à la chaîne pour hypnotiser les citoyens, les tenir en haleine de façon permanente et donc de les empêcher de réfléchir. Tout à fait à l'opposé d'une monarchie qui a le temps devant elle.

lundi, 17 décembre 2007

Une vision des grèves

Petit cheminot (La Chanson du Dimanche / saison 2-5)

Ajouter à mon profil | Plus de Vidéos

PAYS LÉGAL-PAYS RÉEL - QUI REPRÉSENTE QUOI?

Les récents mouvements sociaux dans les transports publics et à l'Université ont montré l'écart existant entre certains état-majors syndicaux et la majorité de la population. Hilaire de CRÉMIERS a bien analysé cette situation dans le numéro de décembre de "POLITIQUE MAGAZINE" que nous reproduisons ci-dessous.

QUI REPRÉSENTE QUOI?

Grèves et troubles ne font que révéler les faiblesses du système français.

Si une démonstration a été faite au cours du mois de novembre passé, c'est bien que le pays réel n’est pas représenté en république française. Cette belle expression de “pays réel” est sortie de la plume de Maurras il y a maintenant plus de cent ans, ce que les gens qui l'emploient ignorent souvent: elle lui servait à montrer dans les débuts de la IIIe République à quel point la vie politique française, ses combinaisons internes, ses agitations publiques - ce qu'il appelait “Le pays légal” - était totalement étrangère aux préoccupations et aux besoins de la France réelle. Cette opposition du pays légal et du pays réel était une vue si juste, expliquait si bien le problème institutionnel français qui demeure aujourd'hui fondamentalement le même, que l'expression elle-même - et ce n'est pas la seule du vocabulaire maurrassien - est entrée dans le langage courant; elle est utilisée aujourd'hui par toutes sortes d'analystes qui seraient fort étonnés si on leur en révélait l’origine.

Lire la suite

dimanche, 16 décembre 2007

RETENEZ VOTRE SOIRÉE DU 21 JANVIER

A Marseille, la messe à la mémoire de Louis XVI et des victimes de la Révolution aura lieu le lundi 21 janvier à 18 h 45 à l'église du Sacré-Coeur, avenue du Prado.

26640b2ee657721d655cfbd13509fc9e.jpg

mardi, 11 décembre 2007

Du nouveau sur Maurras

Agnès Tisserand vient de faire paraître aux éditions Privat "Dieu et le roi. Correspondance Charles Maurras et l'abbé Penon (1883-1928)" qui éclaire une partie de la vie et du cheminement intellectuel de Charles MAURRAS.

797433c31564653ff2e0ed2aadceb497.jpg

La quatrième de couverture résume ainsi l'intention de cet ouvrage:
L'abbé PENON, un Provençal devenu évêque de Moulins, a été le professeur puis le confident et mentor du jeune Charles MAURRAS.
Une amitié s'est nouée entre les deux hommes, qui n'a pris fin qu'à la mort de Penon en 1928. Il en résulte une correspondance inédite, d'un intérêt considérable : près d'un demi-siècle de l'histoire politique et intellectuelle de la IIIe République défile sous nos yeux. Les principaux épisodes - affaire Dreyfus, fondation de l'Action française, séparation des Églises et de l'État, Première Guerre mondiale, Bloc national et Cartel des gauches, occupation de la Ruhr, condamnation de l'Action française par Pie XI - sont abordés avec une liberté de ton absolue, aucun des deux hommes n'écrivaient pour être publiés.
Si l'on se souvient que MAURRAS a été le plus important penseur contre-révolutionnaire français depuis Joseph de Maistre et que les relations conflictuelles entre la République et l'Église catholique ont été une donnée essentielle de la vie nationale depuis la Révolution, on mesure mieux l'apport de ce document sans précédent, conservé jusqu'à ce jour dans la famille de Charles MAURRAS.
Ce livre peut être commandé ici ou ici ou encore .

lundi, 10 décembre 2007

André JOANNON nous a quittés

André JOANNON vient de décéder, à Marseille, vendredi 7 décembre. Il avait été, à l'Action Française en Provence, de la génération d'après-guerre, avec ses amis ROUSSEL, MOTTE, REY, SAINT-JEAN, SANTONI et quelques autres. Il fut longtemps le trésorier efficace de l'Union Royaliste Provençale dont il faisait partie de l'équipe dirigeante, aux côtés de Pierre CHAUVET qui en était le président et Jean LAVOËGIE le secrétaire général. Il prit toute sa part aux activités de cette époque, notamment pour l'Algérie Française et pour l'organisation des rassemblements royalistes de MONTMAJOUR et des BAUX.
Ceux qui l'ont connu conserveront de lui le souvenir d'un homme d'une grande courtoisie, d'un ami dont on appréciait la compagnie et qui, sans esprit aucun de chapelle ou de parti, sut rester toujours fidèle aux traditions qu'il tenait de sa famille, à ses convictions et à son engagement personnel.
La Fédération Royaliste Provençale adresse ses condoléances à son épouse Florence, née de MONTGOLFIER, et à ses enfants Catherine, Myrtho, Christophe et Marion.
La cérémonie religieuse aura lieu mardi 11 décembre à 14 heures en l'église Mission de France, rue Tapis Vert, à Marseille.