Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 juin 2013

Marseille, Colloque "CAMUS REVOLTE ET VIVANT"...

Dans La Provence du Mardi 11 Juin 2013

(cliquez deux fois de suite sur l'image, pour l'agrandir...)

colloque camus.jpg

samedi, 17 avril 2010

Actualité de la pensée d'Action française, par Pierre de Meuse

            Au titre des conférences-vidéo que nous publions en ce moment, celle-ci figurera parmi les plus marquantes, les plus intéressantes.

Récemment, dans l’admirable conférence que nous avons mise en ligne il y a quelques jours, Pierre BOUTANG créditait MAURRAS d’avoir eu raison en posant les nations comme restant le fait politique majeur de notre temps.

Ici, Pierre de MEUSE* reconnaît le même succès, la même pertinence à sa critique de la démocratie idéologique.

Ceux qui s’intéressent à la politique et à notre royalisme en profondeur, non à leur folklore, écouteront avec bonheur cette réflexion critique** sur l’héritage maurrassien.

« Autrefois, il y avait l’Action française » et, même si ses succès et ses échecs doivent être passés au crible de l’analyse et de l’expérience, ce que fait, ici, Pierre de MEUSE, de façon, d’ailleurs, très maurrassienne, elle fut une grande voix, une grande œuvre de salut national, dont un équivalent manque cruellement à notre triste aujourd’hui. 

On peut discuter à l’infini sur les voies et moyens – du moins ceux qui sont raisonnables et sérieux – de faire avancer notre royalisme, si « improbable » que soit aujourd’hui son aboutissement. Mais, d’un autre côté, l’effondrement du « système » apparaît, aujourd’hui, tel que l’on aperçoit tout aussi mal les perspectives de sa survie.

Depuis sa jeunesse, Pierre de MEUSE appartient à « la grande maison », à la famille de ceux qui, même aujourd’hui – se sentent, se reconnaissent, profondément, héritiers, au moins dans sa partie pérenne, de l’Action française. Même si ce doit être, comme il est naturel, sous bénéfice d’inventaire.

On n’est pas obligé d’adhérer à toutes ses analyses, à toutes ses conclusions. Simplement, nous partageons le même royalisme. Et selon l’expression de Pierre BOUTANG, modeste, lucide, mais non sans espérance, simplement le même royalisme, « non encore abouti ». 

 

 

mardi, 06 avril 2010

Pierre BOUTANG - L'horizon politique : Le Prince chrétien

          Ceux qui écouteront la conférence que nous publions aujourd’hui – qui a été prononcée, à Marseille, le 31 mars 1988 - y trouveront ou y retrouveront la personnalité de Pierre BOUTANG dans sa totalité.

          Normalien, agrégé de philosophie à 20 ans, grand métaphysicien, universitaire, il terminera sa carrière - interrompue par la guerre et les conséquences qui s’en suivirent pour lui, notamment à raison de sa fidélité à Charles MAURRAS – comme professeur émérite à la Sorbonne, titulaire de la chaire de métaphysique, où, malgré les turbulences nées du sectarisme de l’intelligentsia de gauche, il succédait à LEVINAS, qui, d’ailleurs, s’en félicitait.

          Pierre BOUTANG, c’est aussi le jeune lecteur de l’Action française quotidienne, le militant royaliste, le collaborateur et l’ami de Charles MAURRAS, qu’il remplaça, parfois, à la Revue de Presse du quotidien, alors qu’il avait vingt-quatre ans … Qu’il retrouva, ensuite, après le désastre de l’année 40, pour de longs entretiens, dans les dernières années de sa vie.

          Pierre BOUTANG, c’est le commentateur érudit et profond de Charles MAURRAS et le royaliste à l’espérance raisonnable, toujours maintenue, toujours renaissante d’époque en époque. 

          Cette conférence se situe à la veille de l’élection présidentielle de 1988 et BOUTANG indique : « Tout le monde s’occupe justement de ce qui n’est pas mon souci ». Son souci, c’est l’horizon du prince chrétien, né pour unir, non pour diviser. Il le désigne, déjà. Le prince chrétien s’incarne dans la personne du prince Jean de France qu’il décrit – déjà – avec une précision remarquable, sous les traits que nous lui connaissons aujourd’hui.

          Par bien des côtés, cette admirable conférence – non préparée, dit-il – reste d’une remarquable actualité. Qu’il s’agisse des évolutions qui peuvent nous paraître positives, comme des illusions, des « risques majeurs » que court notre société nationale et, d’ailleurs, aussi, européenne.

                                             Pierre BOUTANG L'horizon politique Le Prince chrétien from Paul Leonetti on Vimeo.

mercredi, 02 décembre 2009

Quatre rencontres avec Jean-François Mattéi.....

MATTEI 1.jpg

I : Conférence La fin des utopies à Saint-Laurent-du-Var, jeudi 3 décembre à 18h00 :

    L’auteur de l’essai Le Sens de la démesure est l’invité de l’association Saint-Laurent Université pour Tous.

    Entrée libre et gratuite, Salle Ferrière : http://www.slupt.org/

 

II : Conférence L’écologie de la pensée à Villefranche-sur-Mer, samedi 5 décembre à 14h30 :

     J-F. Mattéi est invité par l’association René Cassin de Nice.

      Entrée libre et gratuite, La Citadelle 06 230 Villefranche-sur-Mer : http://wwwla-citadelle.abcsalles.com/prive/fr/fiche.php?n...

 

III : Conférence L’Europe et la culture à Marseille, mardi 8 décembre à 14h30 :

       J-F. Mattéi est invité par l’association ASRAL 7.

       Entrée libre et gratuite, Restaurant Les Arcenaulx, 25, Cours Honoré d'Estienne d'Orves, 13 001 Marseille (04.91.59.80.40).

 

IV : Conférence Pourquoi la république doit-elle être laïque ? à Nice, le mercredi 9 décembre, à 18h30 :

      Entrée libre et gratuite, L’espace des associations, 12 ter, place Garibaldi, 06 000 Nice.

MATTEI 4.jpg
Le sens de la démesure, de Jean-François Mattéi
Sulliver, 208 pages, 19 euros.
MATTEI 3.jpg

 

Le regard vide - Essai sur l'épuisement de la culture européenne

de Jean-François Mattéi

 Flammarion, 302 pages, 19 euros. 

16:59 Publié dans Combats et Idées | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mattei

samedi, 14 novembre 2009

Dans La Provence de ce samedi 14, la "pensée du jour" est du Prince Jean....

            La page 26 du quotidien est la page Régions. Elle est donc commune à tous les départements qui constituent le lectorat de la Provence: Vaucluse, Bouches-du-Rhône, Var, Alpes de Haute Provence, Hautes Alpes...

            Chaque jour, au milieu d'une vingtaine d'informations très diverses (culturelles, économiques, sportives...), on y donne la parole à une personnalité, pour une courte "pensée". Au lendemain de sa visite au quotidien -très appréciée de part et d'autre...- la pensée du jour a été confiée... au Prince Jean.
            Elle est juste, et elle porte, dans sa concision et sa pertinence:
prince jean marseille la provence.jpg
 La Provence, samedi 14 novembre.

samedi, 10 octobre 2009

Pour voir, écouter et lire Kunter

Tony Kunter.jpg La notoriété de Tony KUNTER croît rapidement en ce moment.

Ce jeune historien (il est né en 1983) vient de publier "Charles MAURRAS, la Contre-Révolution pour héritage". Dans cet excellent ouvrage, après avoir analysé les pensées de Louis de Bonald, Joseph de Maistre et Charles Maurras, il conclut sur une instrumentalisation des deux auteurs par le « maître de Martigues » et présente alors le nationalisme intégral, corps de la doctrine de Maurras, comme une refondation contre-révolutionnaire pour la France du XXe siècle.

Vous avez quatre possibilités de connaître la production et les idées de Tony KUNTER.

La première est l'émission diffusée vendredi 25 septembre 2009, sur Télé Toulouse. En 11 minutes, est exposé l'essentiel des idées maurrassiennes et de l'histoire du royalisme jusqu'à aujourd'hui. Cette vidéo est très facilement utilisable pour qui veut faire connaître MAURRAS et l'ACTION FRANÇAISE.

Il suffit de cliquer sur l'image ci-dessous.


9782723398183.jpg

La seconde possibilité est de lire le livre de KUNTER.  Il peut être acheté en librairie ou aux N.E.L. Le site de l'éditeur permet même de lire gratuitement les 48 premières pages de cette étude qui en comporte 215.

Pour commencer la lecture, cliquez ICI.

Troisièmement, il existe un blog où Tony KUNTER s'explique sur ses études et évoque les réactions à son livre.

Cliquez LÀ.

Enfin, Tony KUNTER participe au grand travail accompli par le site Maurras.net qui publie de nombreux textes de MAURRAS.

Se connecter en appuyant sur Maurras.net.

 

mercredi, 30 septembre 2009

La monarchie a un avenir

L'acteur Lorant Deutsch a dit sur RMC pourquoi il est royaliste. Regardez la vidéo de l'émission "Les grandes gueules".

 

samedi, 06 juin 2009

Refonder l'Europe, par Jean de France, duc de Vendôme

A la veille de l’élection des membres du Parlement européen, le prince Jean attire notre attention sur la vraie nature du débat. Depuis la crise, et depuis que les résultats des référendums nationaux ne sont plus respectés, les structures actuelles de l’Union européenne ont largement perdu leur crédibilité. L’heure est venue de penser l’Europe différemment, de la refonder, dit le Prince..

Le constat s'impose : l’Union européenne telle que nous la connaissons s’est révélée incapable de résister à la déferlante de la crise mondiale. Si les causes directes de cette crise qui secoue si durement l’Europe sont bien connues, ses causes profondes semblent encore échapper à la classe politique. Et pourtant, elles sont déjà parfaitement lisibles dans l’onde de choc des évènements.

Une institution prouve sa fiabilité par son aptitude à affronter victorieusement les tempêtes. Pour l’Europe de Bruxelles, la démonstration a été  cruelle. Devant l’avalanche des problèmes, les chefs de gouvernement – président Sarkozy en tête – n’ont eu qu’un seul et salutaire réflexe : Vendôme.jpgdéfendre ardemment leurs intérêts nationaux. L’urgence leur rappelait qu’ils en étaient directement comptables. Quant à la Commission européenne, elle avait disparu de la scène. Ce qui est apparu, c’est que cette situation n'était pas conjoncturelle mais bel et bien structurelle : déjà la machine ne fonctionnait plus, et son inadéquation s’est révélée à travers la persistance têtue du fait national.

C’est pourquoi aujourd’hui, alors que les gouvernements sont acculés à une gestion empirique de la crise, il me faut prendre la parole.

Lire la suite