Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 08 juillet 2008

La monarchie française a construit pour l'humanité

Le réseau des sites majeurs de l'architecte militaire français Vauban (1633-1707) a été ajouté par l'Unesco à la liste du Patrimoine mondial de l'humanité. 12 des 151 places fortes construites par Vauban sous le règne de Louis XIV ont été acceptées par le comité du Patrimoine mondial de l'Unesco, qui s'est réuni à Québec le 7 juillet.
Dans cet ensemble, deux sites se trouvent dans les Hautes-Alpes:
- l'enceinte urbaine, les forts et le pont d'Asfeld à Briançon,
- le fort de Mont-Dauphin.

montdauphin_03-2-488x250-488x250.jpg

Auparavant, la France avait 2 sites naturels et 29 sites culturels classés dont 3 en Provence (les monuments gallo-romains d'Arles et d'Orange, le centre historique d'Avignon).
Ainsi, se trouvent récompensés les efforts de l'association Réseau des sites majeurs de Vauban, présidée par Jean-Louis Fousseret, maire socialiste de Besançon, et qui réunit universitaires, élus locaux de toutes tendances, architectes et artistes.
Vauban a protégé le royaume de France d'une "ceinture de fer" en entente avec le Roi-Soleil, empêchant pendant longtemps toute invasion étrangère. Ces constructions ont été installées sur des lieux stratégiques importants parfois dans des conditions acrobatiques. Mais cela n'excluait pas l'harmonie des formes et des volumes. La France, et particulièrement la France des rois, est ainsi honorée au début des vacances d'été. Profitez-en pour visiter ces éléments d'un patrimoine qui témoignent du génie français (il ne faut pas avoir honte de le dire).
Un reportage réalisé sur Mont-Dauphin par TF1 est visible sur internet.

samedi, 19 avril 2008

LOURDES EN PROVENCE

1330302680.jpg

Alors que, trop souvent, les catholiques n'osent plus se montrer fiers de leur foi, de leur tradition et de leurs saints, l'événement qui se prépare dans les Hautes-Alpes est particulièrement exceptionnel. Le 4 mai prochain, Mgr di FALCO reconnaîtra officiellement, à Notre-Dame du Laus, les apparitions de la Vierge à la bergère Benoîte RANCUREL à partir de mai 1664. "La Provence" du 14 avril a rappelé l'importance de ce sanctuaire. Cette reconnaissance est la première en France depuis celles de Lourdes, voici un siècle et demi. Elle a lieu grâce au dynamisme de l'évêque de Gap-Embrun et malgré la polémique suscitée l'an dernier par quelques laïcards.
Pour cette occasion, de nombreuses cérémonies sont prévues. Le 2 et le 3 mai, un colloque qui se terminera par les interventions du docteur RUFO et de Marek HALTER. Dimanche 4 mai, la messe et la proclamation du décret de reconnaissance seront retransmises en direct sur France 2 dans le cadre du "Jour du Seigneur". Tous les renseignements se trouvent sur le site du Laus et sur celui du diocèse.

vendredi, 21 décembre 2007

Religion et détournement de publicité

Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, évêque de Gap, vient de faire sensation en utilisant une publicité de bière pour annoncer les prochaines célébrations, le 4 mai 2008, de la reconnaissance officielle des apparitions de la Vierge Marie à Benoîte RENCUREL, en mai 1664, au Sanctuaire de Notre-Dame du Laus dans les Hautes-Alpes.
4345642c22937341982a42604e7c050a.jpg
f40e56707058841cdf21b41195c7ed21.jpg

Pour une fois, ce ne sont pas les publicitaires qui ont recours aux images à caractère religieux, mais l’Eglise qui utilise une image publicitaire pour transmettre son message. Méthode qui peut surprendre mais qui est nécessaire si l'Eglise veut montrer sa présence dans un monde sécularisé. Pour plus d'informations au sujet du sanctuaire de Notre-Dame du Laus, cliquez ici ou .

L’affaire Rencurel : la christianophobie appliquée en Provence

Cette médiatisation est aussi une réponse à la minable querelle provoquée l'an dernier qu'il est bon de rappeller.

Comment une jeune habitante des Alpes du XVII° siècle a-t-elle pu en octobre 2006 déclencher la rédaction de plusieurs articles sulfureux, des réponses fermes et enfin la mobilisation des autorités du Conseil général des Hautes-Alpes ? Le réponse tient en quelques mots : elle a été sincèrement et profondément catholique !

Lire la suite