Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 septembre 2008

Pourquoi fermer ce qui marche?

"Pourquoi fermer ce qui marche?", déclare Joël GIRAUD, le député radical de gauche de Briançon, qui est révolté par une aberration. Quelle aberration? Celle dont le gouvernement fait preuve en décidant, dans le cadre du Livre blanc de la Défense,

Lire la suite

mercredi, 10 septembre 2008

LE DUC DE VENDÔME ET LES SOLDATS DE FRANCE

Sous le titre "Soldats de France", le bulletin de l'association Gens de France publie une déclaration du Prince JEAN, duc de VENDÔME, sur la mort des soldats français en Afghanistan et sur la politique étrangère de notre pays.

Lire la suite

mardi, 24 juillet 2007

AFGHANISTAN: LE ROI OU LE DESORDRE

Lundi 23 juillet, a été annoncé officiellement le décès du dernier roi d'Afghanistan.
2718ac3d2fdf6bba8ad2e68408ec5883.jpgNé en 1914, éduqué en France, Mohammed Zaher Shah monta sur le trône d’Afghanistan à 19 ans après l’assassinat de son père. Il permit à son pays de se développer et de s’ouvrir au modernisme, jusqu’au coup d’Etat de 1973 qui entraîna ensuite l’invasion soviétique et la guerre civile. Exilé à Rome, il rentra en 2001, à la chute des talibans. Il convoqua l’Assemblée traditionnelle des notables, permettant le redémarrage de l’administration et la rédaction de la nouvelle Constitution. Mais les protecteurs américains refusèrent sa remontée au trône, l’empêchant ainsi de remplir le rôle d’arbitre incontesté et de conciliateur qui aurait peut-être pu éviter les déchirements actuels. La Constitution lui donna le titre de “Père de la patrie” et les Afghans le respectèrent jusqu’à la fin.