Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 10 mai 2008

S'ils sont heureux avec toutes les commémorations..."

On a connu Guy TEISSIER, député UMP marseillais, mieux inspiré qu'avec la déclaration publiée dans l'article publié le 8 mai par le journaliste de "La Provence" Jean-Jacques Fiorito à propos du malaise qui se répand chez les anciens combattants.

Ils sont nombreux en effet à refuser l'idée d'une commémoration unique sur laquelle se penche actuellement la commission Kaspi.
933330863.jpgLa commisssion Kaspi, du nom d'un professeur de l'Université de Paris I, a été créée par le secrétaire d'Etat chargé des anciens combattants pour "réfléchir à la modernisation des commémorations et célébrations". En d'autres termes, elle s'interroge sur un regroupement de toutes les dates (un dizaine chaque année tous conflits confondus). Quel intérêt? Un des représentants de la commission Kaspi explique: "Il y a une multiplication des dates mais pas forcément une augmentation des gens qui y assistent. Pour l'instant, on réfléchit".


L'argument du nombre n'est pas recevable. En suivant cette logique, on en arriverait à supprimer le 1er mai ou Nöel si, une année l'assistance aux défilés ou à la messe de minuit connaissait un fléchissement.
S'il est vrai que les dernières années ont vu s'ajouter de nombreuses dates pas toujours très justifiées qui brouillent l'esprit des jeunes, il faudrait plutôt se demander comment susciter plus d'intérêt pour ces événements. En effet, le sens étymologique de "commémorer" est "se souvenir ensemble"

Une proposition évoquée dans l'article est de "s'aligner sur les Etats-Unis qui organisent, chaque dernier lundi de mai, un "Memorial Day", une commémoration unique où l'on se recueille sur les morts de tous les conflits, de la guerre de Sécession à celle d'Irak".
Magnifique! Pour faire des progrès dans n'importe quel ordre, il faut copier les Américains qui ont leur propre culture et leur propre histoire!

L'article termine avec cette réflexion:
Guy Teissier, président de la Commission de la défense à l'Assemblée nationale se veut apaisant: "Kaspi mène une réflexion. C'est une commission comme une autre. Il y a encore beaucoup d'anciens combattants. S'ils sont heureux avec toutes les commémorations, moi ça me va bien".2094646418.jpg
Mais les commémorations n'existent pas pour faire plaisir à tel ou tel groupe. Normalement, elles sont destinées à permettre à tous les Français de sentir qu'ils font partie d'une communauté nationale. Mais il est nécessaire de l'expliquer et d'avoir le souci de se savoir héritiers des multiples générations qui ont formé et défendu la France. Dans cet ordre d'idée, les royalistes ne peuvent manquer d'honorer la mémoire de Jeanne d'Arc (voir l'article du 1er mai qui donne les renseignements sur les cérémonies de Marseille, Paris et de nombreuses villes).