Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 09 octobre 2009

CE QUE DIT LE DUC DE VENDÔME (2)

Voici la seconde partie du florilège puisé dans "Un prince français", le livre d'entretiens du duc de Vendôme avec Fabrice MADOUAS.

Vous avez ici les chapitres 7 à 12.


Lire la suite

vendredi, 01 mai 2009

LE CAFÉ ACTUALITÉ DE JUIN À AIX-EN-PROVENCE

Comme chaque premier mardi du mois, le Café Actualité d'Aix-en-Provence aura lieu MARDI 5 MAI à 18 h 45 au Café "Le Festival", en bas du Cours Mirabeau (salle du premier étage).

Il aura pour thème "Culture et Mémoire".

Après une introduction d'Antoine de CRÉMIERS sur les lois mémorielles, Pierre GOURINARD développera le sujet:

"Perspectives de l'enseignement de l'Histoire".

N'oubliez pas de venir!

samedi, 07 mars 2009

Le nouveau "Politique Magazine": Hercule ou Sisyphe

Sommaire de "POLITIQUE MAGAZINE" N° 72 • MARS 2002 Pol Mag mars 09.jpeg
- L'EDITORIAL: “”L’icône française (Alain Besancenot)“
- C'EST-A-DIRE: “Enseignants-chercheurs: Le refus de l’excellence” par Jean-Baptiste d'ALBARET,
- ANALYSE: “Le président face su système: Hercule ou Sisyphe” par Hilaire de CRÉMIERS
- DANS LES LIVRES par Yvan BLOT
- CÔTÉ CUISINE: “Syndicalisme et radicalisme: Le nouveau cocktail social” par Jean de La FAVERIE
- ACTUALITÉS: “Retour en OTAN: un échec de l'Europe” par Louis CLAUDE
- “Les Antilles en dissidence” par Henry VERGENNES
- VU DE L'ETRANGER par Paul AUPROT
- IDEES: “Des professionnels sur le modèle d'hier?” par Xavier WALTER
- JUSTICE: “Rome, Athènes, Jérusalem” par Jacques TRÉMOLET de VILLERS
- RELIGION: “Pontifex maximus et pontifices maximi” par Christian WAGNER
- POLITIQUE INTERNATIONALE: “Iran: après 30 ans de République islamique” par Christian WAGNER
- ZOOM: “L'an I du Kosovo” par Xavier BARNICH
- ANALYSE ECONOMIQUE: “La zone euro menacée d'éclatement?” par Christian WAGNER
- CONJONCTURE: “Le protectionnisme ou Babel” par François RELOUJAC
- FINANCES: “Haro sur le protectionnisme” par Guy FRANCHETEAU
- BOURSES INTERNATIONALES: “Royaume-Uni, des perspectives économiques exécrables” par Stephane Bleus
- LA CAUSERIE LITTERAIRE DE PHILIPPE SENART
- LETTRES: “Julien Gracq, Maurice G.Dantec et Simone Weil” par Benoit GOUSSEAU
- FILMS: “Katyn, l’insoutenable audace de la mémoire” par Benoit GOUSSEAU
Rédaction et administration: 7 rue Constance - 75018 Paris-
www.politiquemagazine.fr

Par ailleurs, la rédaction informe ses lecteurs que Jean-François MATTÉI, philosophe de renom international, qui a été professeur à l’Université de Nice-Sophia Antipolis, grand spécialiste de Platon, d'Heidegger et d’Albert Camus, auteur de “La Barbarie intérieure, essai sur l'immonde moderne”, et co-auteur de “La République, brûle-t-elle?” rejoint le comité de parrainage de “Politique Magazine”.

mercredi, 24 décembre 2008

C'est Noël

LA F.R.P. VOUS SOUHAITE UN BEAU ET SAINT NOËL.

ml-031.jpg

vendredi, 31 octobre 2008

Une très haute définition

La Provence a la "chance" de faire partie des premières régions recevant la télévision en haute définition. Mais l'amélioration technique est-elle synonyme d'amélioration qualitative?

jeudi, 18 septembre 2008

Marseille capitale européenne de la culture : le plus dur reste à faire.

silo.jpegLa désignation de Marseille comme capitale européenne de la culture pour 2013 ne peut que faire plaisir à tous les Marseillais et Provençaux. La place particulière de la plus vieille ville de France est reconnue. Il faut féliciter (une fois n’est pas coutume) les hommes politiques locaux, de droite comme de gauche, qui ont tous soutenu cette candidature.
Ce titre permettra de réaliser près de 74 projets pour un budget de 98 millions d’euros. Il apportera donc de nombreuses retombées économiques et des subventions de l’Union Européenne. Il permettra d‘édifier des infrastructures qui serviront au delà de 2013.

Lire la suite

jeudi, 31 juillet 2008

Lectures d'été (4): Bernanos, l'imprécateur

T637633A.jtn.jpegPlus faciles à trouver que ceux de Charles MAURRAS, les livres de Georges BERNANOS ne sont pas toujours présents sur les rayons des bibliothèques. Ils devraient être plus facilement accessibles car la famille BERNANOS a repris les droits que Plon détenait (et utilisait très peu) pour confier la réédition de l'écrivain au Castor Astral.
En cette année BERNANOS (120ème anniversaire de sa naissance et le 60ème anniversaire de sa mort), sont donc parus "Les grands cimetières sous la lune" avec la préface de Michel DEL CASTILLO et "Sous le soleil de Satan" préfacé par Sébastien LAPAQUE. Il est prévu de faire paraître "Français, si vous saviez" avec une présentation de Gérard LECLERC.
En attendant les prochaines rééditions, les anciennes sont toujours disponibles et permettent de prendre contact avec le style nerveux, éclatant, enfiévré d'un auteur qui, imprégné de christianisme et de tradition, n'hésite pas à dénoncer toutes les injustices d'où qu'elles viennent. Ses convictions royalistes n'en font pas un maître à penser comme Charles MAURRAS mais fournissent des pages qui ne laissent personne indifférent et dont les leçons sont toujours à méditer.

mercredi, 30 juillet 2008

Droite, où est ta victoire?

Pour montrer la situation intellectuelle de notre pays, il est intéressant de rapprocher la décision prise le 9 juillet par le tribunal administratif de Marseille et l'article paru dans "Le Monde" du 15 juillet intitulé: "La droite affirme qu'elle a gagné la bataille idéologique".

Le 9 juillet, Le tribunal administratif de Marseille a estimé que l'arrêté du 23 juin 2005 par lequel le maire de Marignane" autorisait l'association Adimad à occuper un emplacement du cimetière Saint-Laurent Imbert pour ériger une stèle est annulé".
Pour le tribunal, il faudra "prendre toutes les mesures nécessaires à l'enlèvement de la stèle", effectif dans un délai de quatre mois, sous astreinte de 100 € par jour de retard passé ce délai.
Cette stèle a été édifiée en 2005 à la mémoire des combattants de l'Algérie Française.

Stelemarignane.jpg


Sans remâcher les ressentiments de la guerre d'Algérie, cette décision est à méditer car, si elle est confirmée en appel, elle consacrera les erreurs de la droite.
- Erreur technique, tout d'abord: la concession aurait dû être votée par le conseil municipal et non pas décidée par le seul maire Daniel SIMONPIERI.
- Erreur tactique, ensuite. La stèle, qui porte l'inscription: AUX COMBATTANTS TOMBÉS POUR QUE VIVE L’ALGÉRIE FRANÇAISE, contient aussi les dates des exécutions des fusillés de l’OAS.
Le tribunal a pu se servir de ces dernières pour déclarer que "l’inscription des dates revêt un caractère polémique" et "fait perdre à l’hommage son caractère historique en lui donnant une dimension partisane".
Cet obstacle a été évité par la gauche qui se réunit au cimetière du Père-Lachaise, pour évoquer la Commune de 1871, devant une plaque portant simplement: "aux morts de la Commune - 21 - 28 mai 1871". Cela n'empêche pas d'y organiser des démonstrations avec drapeaux rouges et noirs.
- Surtout, erreur totale de lucidité de la droite gouvernementale. Les initiatives prônant des idées de droite sont systématiquement brimées. Rien de plus faux que l'affirmation du premier ministre qui répète, d'après "Le Monde": "Nous avons gagné la bataille idéologique".
Ainsi, Franck Debié, qui dirige la Fondation pour l'innovation politique, un "think tank" créé en marge de l'UMP, a déclaré au "Monde" :

"Si la droite française a remporté une bataille, c'est davantage celle des principes que des valeurs. Le travail, l'autorité qu'elle met en avant ne sont pas des valeurs typiquement de droite. En outre, elle s'est beaucoup imprégnée des idées de la gauche au lendemain de Mai 1968. C'est clair sur un sujet comme la famille, où elle a préféré accompagner les évolutions plutôt que de s'y opposer."


Bertrand RENOUVIN, dans le numéro d'été du bulletin "Royaliste", fait la même analyse:

"La droite française connaît un effondrement politique, moral, intellectuel, sociologique pire que toutes les défaites subies par la gauche française depuis le début des années quatre-vingt.
La question du « relativisme culturel et moral » mériterait d’être précisée. (...) Le débat sur les mères porteuses au sein du gouvernement montre que la droite sarkozyste n’a pas rompu avec le relativisme moral. Quant à la culture, les libres propos de Nicolas Sarkozy montrent chaque jour son mépris de la langue française.
Enfin, l’envolée sur les vertus indique la confusion des valeurs qui règne en haut lieu (depuis quand la réussite est-elle une vertu ?) et relève de la propagande. Qu’en est-il de la «responsabilité» d’un homme qui trahit comme jamais la fonction arbitrale pour se faire l’agent de l’oligarchie contre les salariés, les commerçants, les entrepreneurs, les retraités... dont beaucoup votent à droite ? Y a-t-il, à l’Élysée et à Matignon, le moindre « respect » pour le choix des électeurs lors du référendum de 2005 ?
La défaite idéologique de la droite ne tient pas seulement à l’échec doctrinal de l’ultra-libéralisme, ici maintes fois souligné, mais dans le mouvement de révolte qui secoue la France mais qui n’a pas encore trouvé son expression politique."


Les royalistes refusent la division entre droite et gauche artificiellement entretenue par le système républicain tout comme ils s'opposent au monopole d'idéologies néfastes à la nation française.