Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 10 mai 2008

S'ils sont heureux avec toutes les commémorations..."

On a connu Guy TEISSIER, député UMP marseillais, mieux inspiré qu'avec la déclaration publiée dans l'article publié le 8 mai par le journaliste de "La Provence" Jean-Jacques Fiorito à propos du malaise qui se répand chez les anciens combattants.

Ils sont nombreux en effet à refuser l'idée d'une commémoration unique sur laquelle se penche actuellement la commission Kaspi.
933330863.jpgLa commisssion Kaspi, du nom d'un professeur de l'Université de Paris I, a été créée par le secrétaire d'Etat chargé des anciens combattants pour "réfléchir à la modernisation des commémorations et célébrations". En d'autres termes, elle s'interroge sur un regroupement de toutes les dates (un dizaine chaque année tous conflits confondus). Quel intérêt? Un des représentants de la commission Kaspi explique: "Il y a une multiplication des dates mais pas forcément une augmentation des gens qui y assistent. Pour l'instant, on réfléchit".


L'argument du nombre n'est pas recevable. En suivant cette logique, on en arriverait à supprimer le 1er mai ou Nöel si, une année l'assistance aux défilés ou à la messe de minuit connaissait un fléchissement.
S'il est vrai que les dernières années ont vu s'ajouter de nombreuses dates pas toujours très justifiées qui brouillent l'esprit des jeunes, il faudrait plutôt se demander comment susciter plus d'intérêt pour ces événements. En effet, le sens étymologique de "commémorer" est "se souvenir ensemble"

Une proposition évoquée dans l'article est de "s'aligner sur les Etats-Unis qui organisent, chaque dernier lundi de mai, un "Memorial Day", une commémoration unique où l'on se recueille sur les morts de tous les conflits, de la guerre de Sécession à celle d'Irak".
Magnifique! Pour faire des progrès dans n'importe quel ordre, il faut copier les Américains qui ont leur propre culture et leur propre histoire!

L'article termine avec cette réflexion:
Guy Teissier, président de la Commission de la défense à l'Assemblée nationale se veut apaisant: "Kaspi mène une réflexion. C'est une commission comme une autre. Il y a encore beaucoup d'anciens combattants. S'ils sont heureux avec toutes les commémorations, moi ça me va bien".2094646418.jpg
Mais les commémorations n'existent pas pour faire plaisir à tel ou tel groupe. Normalement, elles sont destinées à permettre à tous les Français de sentir qu'ils font partie d'une communauté nationale. Mais il est nécessaire de l'expliquer et d'avoir le souci de se savoir héritiers des multiples générations qui ont formé et défendu la France. Dans cet ordre d'idée, les royalistes ne peuvent manquer d'honorer la mémoire de Jeanne d'Arc (voir l'article du 1er mai qui donne les renseignements sur les cérémonies de Marseille, Paris et de nombreuses villes).

jeudi, 20 mars 2008

Comment devenir Français

Le discours de Max GALLO aux Invalides lors de l'hommage national à Lazare PONTICELLI et aux "poilus" de la première guerre mondiale a bien exprimé ce qu'a été cette guerre et comment un étranger peut s'intégrer à la nation française.
L'académicien a rappelé deux phrases de l'engagé volontaire italien:
-"J'ai voulu défendre la France parce qu'elle m'a donné à manger. C'était ma manière de dire merci".
-"La Légion avait fait de moi un Français".

La vidéo de ce discours est visible sur le site de l'Elysée.
Par contre, peu d'éléments à retenir du discours de SARKOZY qui n'a rien trouvé de mieux que de faire une discrimination entre "la grandeur du patriotisme qui est l’amour de son pays et la détestation du nationalisme qui est la haine des autres." ... alors qu'il vient de reconnaître l'indépendance du Kosovo et d'accepter le nationalisme haineux des musulmans des Balkans.

samedi, 16 février 2008

Pleurer au lieu de réfléchir

29411f81b85219e40c55384c075df5e2.jpegLe président Sarkozy est touchant, très touchant dans son désir de faire plaisir à tout le monde, même à ceux qui ne lui demandent rien. Ainsi, énoncée au dîner de l'association juive du CRIF, cette idée de faire parrainer une victime juive de la barbarie nazie par un élève de CM2.

Lire la suite

dimanche, 06 janvier 2008

Le jour de Jeanne

Si Jeanne d'Arc est célébrée en mai, sa naissance a eu lieu le 6 janvier 1412.
3779aedea3bfefe43c9b5fd99bf1dbf6.jpegEn ce début d'année 2008, nous pouvons réfléchir aux leçons tirées de son action, comme Charles MAURRAS le fit dans un article publié le 8 mai 1927 dont nous reproduisons ci-dessous quelques extraits.
"En menant le Dauphin au sacre, en revêtant des consécrations catholiques un roi jusque-là contesté, en laissant de côté toute action guerrière, toute action patriotique autre que ce voyage à Reims, elle assurait la possibilité ultérieure d'une action permanente, cohérente, personnelle, héréditaire, traditionnelle, en un mot véritablement souveraine au point supérieur de l'Etat. Par cette préséance donnée au calcul dynastique sur l'œuvre militaire, par ce véritable politique d'abord, la sainte héroïne de l'Histoire de France n'a-t-elle pas donné une leçon d'activité méthodique?


Elle n'ameute pas les paysans de son village: elle va trouver le seigneur du pays. Encore se garde-t-elle de le convier à lever la jeunesse de Bar et des provinces voisines (...) Point de chef, point de peuple; point de Roi, point de France. Comme il n'y a pas de roi, elle en fera un. Elle ne le créera pas de rien; elle ne rêvera ni de nouvelle dynastie, ni de dictature féodale ou cabochienne, mais ira au Dauphin et n'aura de cesse qu'il ne soit devenu ou redevenu Roi."

jeudi, 01 novembre 2007

Béatifications en Espagne, sottises en France

« La Provence » de lundi 29 octobre, sous le thème « polémique », titre, « Les plaies du franquisme ravivées en Espagne », à propos de la béatification de 498 religieux victimes de la guerre d’Espagne. Paule COURNET commence l’article par la phrase « La dictature franquiste et ses fantômes n’ont donc pas fini de hanter nos consciences ».


En agissant ainsi, le quotidien provençal ne se démarque pas de la « cataphobie » généralisée des médias français. Le blog de Patrice de PLUNKETT en fournit quelques exemples puisés dans « Le Monde », « Libération », « Le Figaro », France-Info et Yahoo Actu. Tous démontrent à la fois leur ignorance et leur haine envers la religion catholique. Pour eux, Benoît XVI veut démontrer qu’il regrette le temps de l’alliance du dictateur et du goupillon.


ae3e0e8898eacc28efac3aedcd8509c4.jpg

Lire la suite