Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 22 juillet 2007

MARSEILLE AURA SA GRANDE MOSQUÉE

C'est fait, c'est décidé, c'est voté par le conseil municipal de lundi 16 juillet: Marseille aura bien sa grande mosquée.
Cette délibération fait suite à une première adoptée voici un an mais qui avait été annulée par le tribunal administratif, sous le motif de "loyer trop bas " (300 € par an pour une construction de 2.500 mètres carrés sur un terrain de 8.600 m2 sur les anciens abattoirs du quartier St Louis). Ce loyer sera désormais annuellement de 24.000 euros.
M. GAUDIN justifie ce vote par l'existence de 200.000 musulmans à Marseille, soit près du quart de la population. Même si ce chiffre ne correspond à rien de solide (les recensements sur base ethnique ou religieuse sont interdits), la forte présence de l'islam à Marseille est une réalité. Le maire de Marseille pense qu'il est juste que chaque religion ait son lieu de culte.c21a84f09e70da3256cfb6154d96a415.jpg
C'est au nom de la laïcité que les adversaires du projet veulent de nouveau faire appel aux juges, en déclarant: "Nous irons jusqu'au bout de notre raisonnement pour faire respecter le droit laïque". Ils ont peut-être raison de vouloir utiliser toutes les ficelles de la légalité mais la laïcité n'est pas la solution-mir
acle. Elle place sur le même pied la religion (le catholicisme) qui fait partie de notre identité nationale car intimement liée à la fondation et à l'originalité de notre pays et une religion nouvelle venue. Elle ne peut arriver à préserver l'identité nationale. Nous ne devons pas nous contenter de bricoler. Nous devons combattre cette laïcité qui continue à être néfaste pour la religion catholique. Nous devons donc combattre la République.
Comme l'a écrit Benoît GOUSSEAU dans Politique Magazine en décembre 2002: "La Démocratie ne résoudra pas le problème des rapports entre l'Islam et la France. Alors, quel principe politique permettrait à des Français musulmans de vivre une authentique francité? Quelle légitimité nationale s'imposerait à eux? Quelle souveraineté naturelle et incarnée permettrait à des musulmans de respecter la France comme la mère possible de leur destin?".
Pour nous, ce ne peut être qu'un prince chrétien, incarnant les principes fondateurs de la nation, gage de paix, d'unité et de pérennité.