Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 juin 2009

Refonder l'Europe, par Jean de France, duc de Vendôme

A la veille de l’élection des membres du Parlement européen, le prince Jean attire notre attention sur la vraie nature du débat. Depuis la crise, et depuis que les résultats des référendums nationaux ne sont plus respectés, les structures actuelles de l’Union européenne ont largement perdu leur crédibilité. L’heure est venue de penser l’Europe différemment, de la refonder, dit le Prince..

Le constat s'impose : l’Union européenne telle que nous la connaissons s’est révélée incapable de résister à la déferlante de la crise mondiale. Si les causes directes de cette crise qui secoue si durement l’Europe sont bien connues, ses causes profondes semblent encore échapper à la classe politique. Et pourtant, elles sont déjà parfaitement lisibles dans l’onde de choc des évènements.

Une institution prouve sa fiabilité par son aptitude à affronter victorieusement les tempêtes. Pour l’Europe de Bruxelles, la démonstration a été  cruelle. Devant l’avalanche des problèmes, les chefs de gouvernement – président Sarkozy en tête – n’ont eu qu’un seul et salutaire réflexe : Vendôme.jpgdéfendre ardemment leurs intérêts nationaux. L’urgence leur rappelait qu’ils en étaient directement comptables. Quant à la Commission européenne, elle avait disparu de la scène. Ce qui est apparu, c’est que cette situation n'était pas conjoncturelle mais bel et bien structurelle : déjà la machine ne fonctionnait plus, et son inadéquation s’est révélée à travers la persistance têtue du fait national.

C’est pourquoi aujourd’hui, alors que les gouvernements sont acculés à une gestion empirique de la crise, il me faut prendre la parole.

Lire la suite

lundi, 30 juin 2008

La France est une grande puissance

Les collégiens qui se sont présentés au brevet des collèges de cette année ont été gâtés pour l'épreuve d'Histoire-Géographie. Un des deux sujets proposés portait sur le thème: "La puissance française dans le monde". L'Éducation Nationale a osé, au moment où SARKOZY se réjouit de présider l'Union Européenne pour six mois, demander aux élèves de Troisième de rédiger un devoir "montrant que la France est une puissance mondiale" sur le plan économique, militaire et culturel!!! Que devient l'idée européiste?
De plus, les documents d'accompagnement comprenaient un tableau de quatre sociétés françaises présentes dans le monde, une planisphère de la présence militaire nationale et un extrait du Rapport que l'ancien ministre Hubert VÉDRINE a présenté l'an dernier au Président de la République. En voici le texte:

Lire la suite

lundi, 07 avril 2008

Le colloque en images

Le reportage photo du récent colloque organisé à Paris par la Restauration Nationale est consultable sur ce site. Cliquez colonne de droite sur l'album photo intitulé:"Colloque 29/03/08".

lundi, 31 mars 2008

Restaurer la nation, refaire l’Etat, un projet national et royal

Le premier colloque organisé par la Restauration Nationale samedi 29 mars a rassemblé une centaine de personnes, dont les présidents de Fédération et des représentants de plusieurs mouvements royalistes comme par exemple Pierre Janton, de France Royaliste, et Patrick de Villenoisy, porte parole de l’Alliance Royale.
98140791.jpgHilaire de CRÉMIERS a expliqué le principe du colloque : recentrer le débat sur l’essentiel et établir une sagesse en posant les bonnes questions.« Nos idées sont au cœurs de l’actualité. Il faut susciter des réflexions et des analyses pour le projet royal en relevant le défi : faire du neuf avec de l’ancien.».
Les orateurs d’envergure nationale ont abordé à tour de rôle un volet de la gestion des affaires de la cité donc très politique.

Lire la suite

jeudi, 20 mars 2008

Comment devenir Français

Le discours de Max GALLO aux Invalides lors de l'hommage national à Lazare PONTICELLI et aux "poilus" de la première guerre mondiale a bien exprimé ce qu'a été cette guerre et comment un étranger peut s'intégrer à la nation française.
L'académicien a rappelé deux phrases de l'engagé volontaire italien:
-"J'ai voulu défendre la France parce qu'elle m'a donné à manger. C'était ma manière de dire merci".
-"La Légion avait fait de moi un Français".

La vidéo de ce discours est visible sur le site de l'Elysée.
Par contre, peu d'éléments à retenir du discours de SARKOZY qui n'a rien trouvé de mieux que de faire une discrimination entre "la grandeur du patriotisme qui est l’amour de son pays et la détestation du nationalisme qui est la haine des autres." ... alors qu'il vient de reconnaître l'indépendance du Kosovo et d'accepter le nationalisme haineux des musulmans des Balkans.

vendredi, 15 février 2008

LE RETOUR DES NATIONS

LE RETOUR DES NATIONS
(éditorial du numéro 60 de "Politique magazine")
48dda6398bf4742968998372046c40a1.jpg

Mondialisation, globalisation, village planétaire, tels étaient les mots d'ordre assénés toutes ces dernières années comme des constats d’évidence par une propagande insistante et insidieuse. Le discours millénariste offrait l'utopie mondialiste comme un fait incontestable, incontournable. Or, voilà que le discours politique est obligé de changer. Une autre réalité s'impose au sein même des phénomènes de mondialisation: la réalité nationale. Il était naïf de croire que la mondialisation des échanges allait effacer d'un seul coup toutes les frontières, non seulement commerciales, mais politiques.

Lire la suite

jeudi, 14 février 2008

NATION, ÉTAT, ÉLECTIONS

Le numéro de février de "POLITIQUE MAGAZINE"est paru.
L'EDITORIAL: Le retour des nations9cb8d3823645e468a3971a6b172c7fac.jpg

Lire la suite

dimanche, 28 octobre 2007

LA VISION SOCIALISTE DE LA DÉMOCRATIE

François HOLLANDE vient de le confirmer : les socialistes "ne s'opposeront pas" à la ratification du nouveau traité sur les institutions européennes, car il faut que "l'Europe sorte de l'impasse".

Ils ne s’opposeront ni au fond (l’accord de Lisbonne qui reprend 90% de l’ancien projet de Constitution européenne ) ni sur la forme (un vote par le Parlement au lieu d’un référendum). Si la majorité des membres du P.S. avait, lors de scrutins internes, approuvé la défunte « Constitution », c’est bien ce parti, et tout particulièrement son premier secrétaire, qui avait insisté auprès de Jacques CHIRAC pour l’organisation d’un référendum, procédure alors qualifiée de « démocratique ».Mais la démocratie s’efface quand l’intérêt partisan est en cause. Un référendum provoquerait de nouvelles divisions au sein d’un parti socialiste désorienté depuis l’élection présidentielle. Il est plus important pour les éléphants de sauver leur meute que la France. Un référendum est pourtant la procédure demandée par 63% des Français, d’après un sondage Louis Harris. Les socialistes se moulent finalement dans la logique de l’idée de Jean MONNET qui voulait faire l’Europe contre les nations jugées responsables des guerres et sans les peuples.