Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 novembre 2008

JEAN DE FRANCE: J'assume...

JEAN de FRANCE, duc de VENDÔME, a accordé un entretien exclusif à "POLITIQUE MAGAZINE" qui le publie dans son numéro de novembre 2008 sous le titre:
"J'assume les responsabilités qui m'échoient".
Réaffirmant qu'il "s'inscrit dans la vraie tradition de (sa) famille", le Prince s'exprime sur les questions de défense du patrimoine, ses activités professionnelles et personnelles et sur l'association Gens de France. Il dit aussi sa désapprobation de la récente vente de plusieurs biens familiaux.

JDF.jpg

Lire la suite

mercredi, 09 juillet 2008

Un drapeau, un enracinement, une identité

Le royalisme a toujours été attaché à l'enracinement dans les communautés familiales, locales, professionnelles et régionales. Mais, pour s'enraciner, il faut pouvoir identifier la communauté dont on fait partie. Le drapeau ou le blason de notre région ou province est un élément important de cette identification. Une excellente étude sur le drapeau de la Provence vient d'être publiée sur le site des JI d'Aix, étude que nous reproduisons ci-dessous.

Lire la suite

mardi, 08 juillet 2008

La monarchie française a construit pour l'humanité

Le réseau des sites majeurs de l'architecte militaire français Vauban (1633-1707) a été ajouté par l'Unesco à la liste du Patrimoine mondial de l'humanité. 12 des 151 places fortes construites par Vauban sous le règne de Louis XIV ont été acceptées par le comité du Patrimoine mondial de l'Unesco, qui s'est réuni à Québec le 7 juillet.
Dans cet ensemble, deux sites se trouvent dans les Hautes-Alpes:
- l'enceinte urbaine, les forts et le pont d'Asfeld à Briançon,
- le fort de Mont-Dauphin.

montdauphin_03-2-488x250-488x250.jpg

Auparavant, la France avait 2 sites naturels et 29 sites culturels classés dont 3 en Provence (les monuments gallo-romains d'Arles et d'Orange, le centre historique d'Avignon).
Ainsi, se trouvent récompensés les efforts de l'association Réseau des sites majeurs de Vauban, présidée par Jean-Louis Fousseret, maire socialiste de Besançon, et qui réunit universitaires, élus locaux de toutes tendances, architectes et artistes.
Vauban a protégé le royaume de France d'une "ceinture de fer" en entente avec le Roi-Soleil, empêchant pendant longtemps toute invasion étrangère. Ces constructions ont été installées sur des lieux stratégiques importants parfois dans des conditions acrobatiques. Mais cela n'excluait pas l'harmonie des formes et des volumes. La France, et particulièrement la France des rois, est ainsi honorée au début des vacances d'été. Profitez-en pour visiter ces éléments d'un patrimoine qui témoignent du génie français (il ne faut pas avoir honte de le dire).
Un reportage réalisé sur Mont-Dauphin par TF1 est visible sur internet.

jeudi, 26 juin 2008

Patrimoine: voici à quoi l'Etat peut servir

"Bravo, ce chef-d'œuvre de Pierre PUGET restera à Marseille". Damien LECLERE n'a pu retenir sa satisfaction. Ce jeune P. Puget.jpegcommissaire-priseur vendait aux enchères, samedi 21 juin, "La Sainte Famille au palmier", toile du peintre marseillais Pierre PUGET, contemporain de Louis XIV. Marie-Paule VIAL, directrice des musées marseillais, a fait jouer le droit de préemption de l'Etat pour que cette superbe œuvre d'art puisse aller au Palais des Beaux-Arts de Marseille rejoindre les quelques autres peintures et sculptures de l'artiste marseillais.
L'Etat et la municipalité ont quinze jours pour verser 260.000 euros, somme atteinte au moment de la préemption. On est loin des plus de 4 millions d'euros gaspillés pour vanter à la télévision les décisions de l'Etat. Dépenser pour permettre à chacun d'admirer ce tableau n'a pas de prix. Voici à quoi l'Etat devrait servir: à protéger le patrimoine, à servir à faire connaître et développer notre identité.
Plus de renseignements sur Pierre Puget ici, ou encore là.

pugetpuget-original.jpg



dimanche, 16 septembre 2007

F.R.P. : LES ROYALISTES PROVENÇAUX AVEC MAURRAS

« Tenons serré le lien qui nous tient réunis
  avec les Pères de notre esprit et de notre goût »
 Charles MAURRAS - Préface d’Anthinéa  (1942)

C’est dans cet esprit que la rentrée de la Fédération Royaliste Provençale s’effectuera le samedi 29 septembre à Roquevaire, Martigues et Marseille.
Les commémorations de tous ordres sont devenues monnaie courante mais elles sont presque toujours dirigées contre la France, contre son honneur ou son histoire.
A l’inverse, les royalistes provençaux ont choisi, pour leur rentrée de septembre, de « tenir serré » le lien particulier qui les unit naturellement à Charles MAURRAS, grand provençal et patriote français.  
Il ne s’agit pas simplement de conserver un souvenir mais plutôt, comme nous essayons de le faire quotidiennement, de prolonger la pensée, l’action, l’œuvre intellectuelle et politique de Charles MAURRAS. 
Au cours de sa vie, MAURRAS avait coutume, chaque automne, de venir se recueillir sur la tombe de MISTRAL, à Maillane, puis de Léon DAUDET, à Saint Rémy, de Monseigneur PENON, son maître du Collège Catholique d’Aix, à Simiane, et de ses parents, à Roquevaire, où il est lui-même enterré. Ainsi maintenait-il serré le lien qui l’unissait à sa famille, aux maîtres et amis de son esprit, à la terre provençale elle-même.
Après sa mort, quelques-uns ont poursuivi cette tradition, autour de Maurice PUJO, puis de Georges CALZANT, de Jacques et Nicole MAURRAS, de Xavier VALLAT, de Pierre et Nicole CHAUVET. Ces compagnons de Charles MAURRAS et les jeunes gens des nouvelles générations qui se joignaient à eux, honoraient et maintenaient sa mémoire, mais surtout, ils prolongeaient son œuvre et poursuivaient le projet national et royal qui est le nôtre.
 
PROGRAMME (SAMEDI 29 SEPTEMBRE 2007) :
 
A 15 HEURES, A ROQUEVAIRE :
 
Les dirigeants de la F.R.P. et tous ceux qui voudront les accompagner fleuriront la tombe de Charles MAURRAS et évoqueront brièvement sa mémoire.   
 
A 17 HEURES PRECISES, A MARTIGUES :
 

d647ea6a2cfc15bed86570bfdaf8a7ab.jpg

Visite commentée du jardin de la maison de MAURRAS, au Chemin de Paradis.
Cette bastide est l'un des plus anciens bâtiments civils de Martigues.
Elle a été la demeure de Charles Maurras qui en a dessiné le jardin.
Elle tient dans sa vie et dans son œuvre littéraire une place essentielle, dont le « Mur des Fastes » est un saisissant symbole.
(Adresse : 22, chemin de Paradis).
 
Après cette visite, la F.R.P. invite les participants à un apéritif, dans le vieux Martigues (offert).