Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 08 octobre 2009

Ce que dit le duc de Vendôme (1)

Dans le livre du prince Jean, de très nombreuses phrases seraient à retenir. Nous vous présentons simplement ici quelques extraits classés selon les chapitres de "Un prince français". Ce florilège vient d'être publié dans la Lettre n°17 de l'association Gens de France.

Voici d'abord les citations issues des six premiers chapitres.

Lire la suite

samedi, 30 mai 2009

LE DERNIER CAFÉ ACTUALITÉ DE LA SAISON À AIX-EN-PROVENCE

Comme chaque premier mardi du mois, le Café Actualité d'Aix-en-Provence aura lieu rotondee.jpgMARDI 2 JUIN 2009

à 18 h 45 au Café "Le Festival", en bas du Cours Mirabeau (salle du premier étage).

Il aura pour thème "UNE ANNÉE D'ACTUALITÉ".

Avec la crise économique, les controverses sur les propos du pape, les élections européennes, etc, les douze derniers mois ont été très riches en événements. Ils pourront donner lieu à des questions et à un débat qui sera animé par Antoine de CRÉMIERS.

N'oubliez pas de venir!

Attention: la prochaine saison des Cafés Actualités reprendra le mardi 6 octobre 2009, notez la date dès à présent!

vendredi, 08 mai 2009

Pour connaître Benoît XVI

 

Mercredi 27 mai 2009 à 19 heuresLeclerc.jpg

Conférence

Les Arcenaulx, 25 cours d’Estienne d’Orves, 13001 Marseille

Gérard LECLERC

Philosophe, écrivain et journaliste

Politique et doctrine de Benoît XVI

Participation aux frais : 7,00 €, apéritif offert

Pour l’organisation de l’apéritif, merci de nous signaler votre présence à la conférence

Repas facultatif sur inscription préalable : 30,00 €

Inscriptions souhaitées avant le 10 mai 2009 - Les repas réservés ne seront pas remboursés

Au cours de la soirée, Gérard LECLERC signera ses ouvrages

Fédération Royaliste Provençale - 48, rue Sainte Victoire - 13006 MARSEILLE - Tél. : 04 91 37 41 85 / 06 08 31 54 97

Vous pouvez vous inscrire en téléchargeant le bulletin-réponse ICI.

 

jeudi, 12 juin 2008

LE MENSUEL QU'IL FAUT LIRE

logo PM.jpg
Sommaire N° 64 • JUIN 2008

L 'EDITORIAL: Vous avez dit civilisation?

POLITIQUE:
- C'EST A DIRE:
La fin du sabotage des ports français ? Jean-Baptiste d'ALBARET
- ANALYSE: Constitutionaliser l'intérêt national par Hilaire de CRÉMIERS
- IDEES: Chantal DELSOL et l’univers chinois par Xavier WALTER
- DANS LA PRESSE INTERNATIONALE par Paul AUPROT
- CÔTÉ CUISINE La disgrâce du président par Jean de La FAVERIE

pol mag juin 08.jpg
SOCIETE

- ACTUALITE: La crise des lycées par François-Georges DREYFUS
- ZOOM par Kawtar Moutaib
- DÉBAT: REPRÉSENTATIVITÉ SYNDICALE ET DIALOGUE SOCIAL
- La représentativité au secours de la légitimité par Jean-Louis CACCOMO
- La modernisation du dialogue social par Francois RELOUJAC
- LA CHRONIQUE JUDICIAIRE de Jacques TRÉMOLET de VILLERS: Secret d’Etat et droit de grâce régalien
- RELIGION par Philippe BUTERNE
MONDE
- Italie : une révolution silencieuse par Christian WAGNER
- Le rêve européen de la Tunisie par Louis DURTAL
ECONOMIE
- LA TRIBUNE DE JEAN-LOUIS CACCOMO: Liquider mai 68?
- MARCHÉS FINANCIERS: Un défaut évident de réglementation par Henri TESSIER
CIVILISATION
- LES LETTRES par Benoît GOUSSEAU
- LA CAUSERIE LITTÉRAIRE de Philippe SÉNART: Philippe d’HUGUES
- HISTOIRE: Pour en finir avec les mythes de 68 par Hilaire de CRÉMIERS( à compléter avec le dernier Café Actualité)
- Un autre syndicalisme par Yves-Henri ALLARD
- EXPOSITIONS: A Côme, l'embrassement de Vienne par François MICAULT
- BEAUX-ARTS: Camille Claudel par A-L LARDHY
- AVEC OU SANS SUCRE: De la subversion à la perversion par Léon FRANCOEUR
- LE CINÉMA par Benoît GOUSSEAU
- LES ANNONCES DU THEATRE Bruno·Stéphane Chambon, Madeleine Gauthier
- LES BONNES TABLES DE PHILIPPE DE MORGNY
Rédaction et administration: 7 rue Constance - 75018 Paris
Téléphone: 01-42-57-43-22 - http://www.politiquemagazine.fr
Abonnement: 1 an: 65 € - étudiants et chômeurs: 32 €

samedi, 19 avril 2008

LOURDES EN PROVENCE

1330302680.jpg

Alors que, trop souvent, les catholiques n'osent plus se montrer fiers de leur foi, de leur tradition et de leurs saints, l'événement qui se prépare dans les Hautes-Alpes est particulièrement exceptionnel. Le 4 mai prochain, Mgr di FALCO reconnaîtra officiellement, à Notre-Dame du Laus, les apparitions de la Vierge à la bergère Benoîte RANCUREL à partir de mai 1664. "La Provence" du 14 avril a rappelé l'importance de ce sanctuaire. Cette reconnaissance est la première en France depuis celles de Lourdes, voici un siècle et demi. Elle a lieu grâce au dynamisme de l'évêque de Gap-Embrun et malgré la polémique suscitée l'an dernier par quelques laïcards.
Pour cette occasion, de nombreuses cérémonies sont prévues. Le 2 et le 3 mai, un colloque qui se terminera par les interventions du docteur RUFO et de Marek HALTER. Dimanche 4 mai, la messe et la proclamation du décret de reconnaissance seront retransmises en direct sur France 2 dans le cadre du "Jour du Seigneur". Tous les renseignements se trouvent sur le site du Laus et sur celui du diocèse.

samedi, 15 mars 2008

Elections municipales: un problème pour choisir?

Au sujet des élections municipales, Michel FROMENTOUX rappelle ce qu'écrivait Charles MAURRAS dans "L'Action Française" du 20 mai 1929:


«Parisiens et provinciaux doivent voter, et bien voter. Quant à savoir où est le bien, chacun dans son canton est mieux à même de le dire que n'importe quel comité parisien. Faire de la politique quand il le faut; s'en garder, en garder les autres partout où cela est possible, élire le plus grand nombre possible d'honnêtes gens pour la garde et le maintien de la police locale et des deniers publics; se rallier à tout ce qui combat effectivement l'influence de sans-patrie et les gaspillages de l'étatisme municipal, ce sont les principes fondamentaux.»


467404872.jpg

Certains pourraient penser que nous rejoignons ici la position du MODEM qui s'allie avec les uns ou les autres selon les conditions locales. Ce serait une bonne chose si ce positionnement s'effectuait pour le bien de la commune. En réalité, les disciples de François BAYROU ne cherchent qu'à obtenir des places et se vendent au plus offrant. C'est dans la logique du système. Les royalistes ne jouent pas à des jeux si pitoyables.


mercredi, 12 mars 2008

LA MAJESTÉ DE L'ÉTAT

Dans le "Politique Magazine" de mars, Hilaire de CRÉMIERS montre que le problème politique majeur de la France est une question d'institutions et non pas de personnes.



La légitimité du chef de l'Etat est-elle remise en cause ? C’est, à n’en pas douter, ce que pense la grande majorité des journalistes qui font l’opinion en France et qui s’amusent à la faire : ce jeu de pouvoir est toute leur passion. C’est aussi, à n’en pas douter non plus, ce que pensent les chefs politiques de l’opposition et bon nombre d’autres aigris qui en profitent pour régler leur compte : pour eux, tout est bon qui ruine le crédit du président de la République. Soit ! Mais alors question : quelle confiance est-il possible et tout simplement permis d’accorder aux institutions ? Dans ce cas, il n’est qu’une réponse : aucune. Cette réponse, ils ne la feront pas, évidemment, puisque ce qui caractérise leur esprit, c’est l’illogisme.
Il faut tout de même dire ici de ces choses fort simples qui ne se disent nulle part ailleurs. S’il suffit de huit mois d’exercice du pouvoir en France pour « démonétiser » l’homme qui, pour la nation toute entière, est censé incarner, d’après les institutions actuelles, la légitimité du pouvoir, c’est qu’il y a un problème politique grave. Ce problème ne tient essentiellement ni à l’homme ni aux circonstances, malgré les campagnes de presse qui sont menées pour le faire accroire. Et, à la vérité, peu importe que le tempérament personnel ajoute ou n’ajoute pas à la question. Les commentateurs se délectent à fournir comme explications des futilités : ils les grossissent pour les rendre énormes ; elles tiennent lieu alors de causes. Eh bien, non: ces explications ne sont que superficielles. Une analyse politique se doit d'aller au fond des choses, même si l'époque répugne à tout ce qui est fondamental. Cette crise est institutionnelle. Proprement française. Elle dure et durera sans remède sauf à y apporter la réponse appropriée.

Lire la suite

lundi, 03 mars 2008

Nicolas Ier, monarque électif ou logique démocratique ?

La revue républicaine Marianne a lancé un appel républicain contre la monarchie élective sarkozienne. Des grands barons de la politique française ont signé cet appel : Dominique de Villepin, François Bayrou et Ségolène Royal.
Une tradition républicaine bien ancrée est de dénoncer une monarchisation de la République. Quand la République marche bien, c’est grâce à ses valeurs; quand elle déraille, c’est forcément à cause d’une dérive monarchique. Pourtant, il faut bien rappeler que les deux républiques qui ont plus tenu furent la IIIème faite pour le comte de Chambord, et la Vème faite à partir des critiques de Maurras et plus ou moins voulue pour le Comte de Paris qui aurait pu succéder à de Gaulle.
Centralisation de l’administration gouvernementale à l’Elysée, omnipotent sur tous les dossiers et surtout sur toutes les émotions du moment, surmédiatisation de sa personne, font dire que nous sommes en monarchie élective. Mais n’est-ce pas plutôt l’ultime symptôme de la démocratie ?

Lire la suite