Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 02 mars 2008

MAURRAS PRÉSENT À METZ

On nous signale un prochain colloque sur l’Action française :

La rencontre scientifique sur « l’Action française, culture, politique, société » avait reçu les suffrages de nombreux érudits ou curieux qui s’étaient pressés en mars 2007 au Centre d’histoire de l’I.E.P de Paris.
Cette réussite a incité des universitaires à organiser à l’université Paul Verlaine de Metz, les 15 et 16 mai prochains, un nouveau colloque sur le thème du « maurrassisme hors de France : réceptions, influences et transferts ». Olivier Dard et Michel Grunewald seront chargés d’encadrer l’événement.
Informations et inscriptions à la MSH Lorraine: msh.lorraine@univ-metz.fr
Le programme précis sera prochainement disponible.54393534.jpg

Par ailleurs, les 11 et 12 mars, a lieu, toujours à Metz, un autre colloque sur "Le phénomène ligueur dans la France de la IIIème République: approches transversales"
Il est organisé par Nathalie Sévilla et Olivier Dard pour le CRULH (Centre Régional Universitaire Lorrain d'Histoire - UPVM Metz)

Dans le programme, on peut noter les interventions suivantes:

- « L’organisation d’une section d’Action Française : l’organisation poitevine », Gwenaëlle Jamesse (Doctorante à l'Université de Poitiers)

- « La part de la ligue dans l'identité et le rayonnement de l'Action française », Olivier Dard (Professeurd'Histoire Contemporaine, directeur du CRULH, Université de Metz).

- « Enquêtes sur les ligues et l'Action française dans la deuxième moitié des années trente », Gilles Morin (Docteur en Histoire et chercheur associé à l’Université de Paris I) et Aude Chamouard (Doctorante de l’IEP de Paris)

Contact: sevillanathalie2@yahoo.fr

vendredi, 18 janvier 2008

LE TERRORISME INTELLECTUEL FRAPPE À SCIENCES PO

Yves-Marie ADELINE, président de l'Alliance Royale, vient de publier un communiqué intitulé "Sciences po se ferme à la liberté" et dont voici le texte:
2563551dc4de8c5332fddc4fbff74b60.jpeg

"Il m’est arrivé une histoire bien déplaisante. Le cycle ibéro-américain de Sciences-po Paris, basé à Poitiers, m’avait confié une conférence de méthode pour la période de mars à juin. En apprenant cela, quelques étudiants sud-américains d’extrême-gauche (là-bas le communisme c’est Chavez, Castro, les Farc, le Sentier lumineux etc.) ont exigé que le contrat soit rompu. La Direction s’est inclinée, au motif que je me présente aux élections comme royaliste ! Il est vrai, messieurs les censeurs totalitaires, que je préfèrerai toujours Juan Carlos à Chavez.

Ce qui m’inquiète le plus est de constater qu’en France des espaces comme celui-là se soient fermés à la liberté. Que faire ?"


Nous protestons contre cette nouvelle démonstration de la dictature marxiste à l'Université et contre cette capitulation d'autorités françaises devant des étrangers. Que faire? Lutter par tous les moyens à notre disposition pour faire avancer les idées nationales et royales. Venez à la réunion du 21 janvier à Marseille.

lundi, 17 décembre 2007

PAYS LÉGAL-PAYS RÉEL - QUI REPRÉSENTE QUOI?

Les récents mouvements sociaux dans les transports publics et à l'Université ont montré l'écart existant entre certains état-majors syndicaux et la majorité de la population. Hilaire de CRÉMIERS a bien analysé cette situation dans le numéro de décembre de "POLITIQUE MAGAZINE" que nous reproduisons ci-dessous.

QUI REPRÉSENTE QUOI?

Grèves et troubles ne font que révéler les faiblesses du système français.

Si une démonstration a été faite au cours du mois de novembre passé, c'est bien que le pays réel n’est pas représenté en république française. Cette belle expression de “pays réel” est sortie de la plume de Maurras il y a maintenant plus de cent ans, ce que les gens qui l'emploient ignorent souvent: elle lui servait à montrer dans les débuts de la IIIe République à quel point la vie politique française, ses combinaisons internes, ses agitations publiques - ce qu'il appelait “Le pays légal” - était totalement étrangère aux préoccupations et aux besoins de la France réelle. Cette opposition du pays légal et du pays réel était une vue si juste, expliquait si bien le problème institutionnel français qui demeure aujourd'hui fondamentalement le même, que l'expression elle-même - et ce n'est pas la seule du vocabulaire maurrassien - est entrée dans le langage courant; elle est utilisée aujourd'hui par toutes sortes d'analystes qui seraient fort étonnés si on leur en révélait l’origine.

Lire la suite

vendredi, 07 décembre 2007

Le "POLITIQUE MAGAZINE" de décembre est paru

Dans ce numéro, nous vous recommandons l'éditorial, sous le titre "L'alibi étudiant": "curieux pays où des activistes minoritaires, animés de pensées totalitaires, ne parlent que de "démocratie universitaire". Dans son analyse, Hilaire de CRÉMIERS montre que la dialectique pays légal-pays réel est toujours d'actualité. A noter également, du même auteur, la présentation de Charles MAURRAS comme écrivain symboliste.
Prix de vente: 6 €

A commander à:
-Politique Magazine - 7 rue Constance - 75018 Paris
ou à
-F.R.P. 30 rue Thérésa - 13007 Marseille

ddc642cbf98c675afeebe6c78efc18a3.jpg


Sommalre du N° 58 • DECEMBRE 2007
L' EDITORIAL : L’alibi étudiant

POLITIQUE

C'EST A DIRE Université : révolution prudente Jean-Baptiste d'Albaret
ANALYSE Qui représente quoi? Hilaire de Cremiers
DANS LES LIVRES par Yvan Blot
DANS LA PRESSE INTERNATIONALE Paul Auprot
COTE CUISINE Conflits sociaux : l'envers du decor Jean de La Faverie

SOCIÉTÉ
ACTUALITE Une grève de privilégiés Pierre Voisin
LA CHRONIQUE JUDICIAIRE de Jacques Trémolet de Villers
EN BREF Philippe Buteme
RELIGION Gabriel Fonsac

MONDE
CONJONCTURE L’euro, le dollar et le yuan François Reloujac
ACTUALlTE: Une Géorgie malade de ses diversités Henri Vergennes
ACTUAlITE Les plaies vives de l'Espagne Louis Durlal
REPERES

ECONOMIE
ANALYSE PME: lever les obstacles Christian Wagner
UN HOMME, UN ENTRETlEN ... Eric Doutrebente ...
ACTUALITE Commission AttaIi : quelle croissance? C.W.
MARCHES FINANCIERS Henri Tessier

CIVILISATION
PORTRAIT Richard Millet Benoit Gousseau
AVEC OU SANS SUCRE Leon Francœur
LA CAUSERIE LITTERAIRE de Philippe Senarl
LIRE
HlSTOIRE Xavier Walter, YHA
ECRITS D HISTOIRE Yves-Henri Allard
DOSSIER : RELIRE LE SYMBOLISME
Parcours symboliste Raphael de Gislain
Debussy ou le symbolisme musical Benoit Gousseau .
Maurras, un symboliste aussi ! H.de.C.
CINEMA B. G.
EXPOSITION Chirico face à son frère Alberto Savinio Donatella Micault

CULTURE
MUSIQUE Cloches et bancloques Damien Top
EN BREF Bruno-Stéphane Chambon, Madeleine Gauthier

ART DE VIVRE
CROQUE NOTES Philippe de Morgny
LE CIGARE DU MOIS B.G.
LES BONNES TABLES DE PHILIPPE DE MORGNY
LE COIN DU CHINEUR J.B.d'A.

lundi, 12 novembre 2007

Autonomie des Universités. De quoi s’agit-il ?

Afin de mieux comprendre en quoi consiste la loi PECRESSE dont se servent les gauchistes pour agiter les facs, nous vous conseillons de lire l’entretien accordé par Jean-Robert PITTE, Président de l'Université de Paris-Sorbonne, vice-président de la Société de Géographie, au mensuel « POLITIQUE MAGAZINE » (numéro de septembre 2007)

-PM: La nouvelle loi du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités peut-elle assurer un gouvernement efficace et libre des établissements universitaires ? Dans leur gestion ? Dans leurs enseignements ? Dans le choix et la désignation de leurs enseignants ? Dans la sélection et l’orientation des étudiants ?


-J-R PITTE: Cette loi va nous faciliter le mode de gouvernement des universités. Nos conseils seront de taille réduite (20 à 30 membres) et dotés de davantage de pouvoirs. Nous allons pouvoir créer des fondations qui nous permettront de rechercher des mécènes dont les dons seront mieux défiscalisés.

Lire la suite

dimanche, 04 novembre 2007

Où va l'Université?

6838b13f822ee036589bc8b1b29a1c67.jpg

Des groupes gauchistes utilisent la peur de l'autonomie des Universités pour recommencer l'agitation.

Le 30 octobre, le président de l'Université de Provence a même dû fermer la Faculté de Lettres d'Aix.

Le thème du prochain rendez-vous mensuel de “CAFÉ ACTUALITÉ”, organisé par Cité Contemporaine, vient donc à point pour donner un autre regard sur la question universitaire.

Venez écouter Jean-Baptiste DONNIER, professeur à la Faculté de Droit, qui demandera: "OÙ VA L'UNIVERSITÉ ?"

La réunion a lieu à Aix-en-Provence, au Café “Le Festival”, en bas du Cours Mirabeau (salle du premier étage), mardi 6 novembre à 18 h 45.